Edito

Le Constant amer, à qui la faute ?

J.B. / 3 avril 2015

Hier, la première assemblée plénière du Conseil départemental s’est tenue en lieu et place de feu le Conseil général. Selon la nouvelle réforme, les 50 membres ont élu leurs instances pour 6 ans. Par exemple, la présidente n’aura plus à remettre en jeu son mandat tous les 3 ans comme dans l’ancien conseil. Pour cette majorité anti-gouvernementale, c’est un cadeau inespéré qui leur a été offert sur un plateau par le PS et le PLR. Les propos amers de Philippe Le Constant traduisent sa frustration devant le gâteau qui échappe à lui et à ses amis.

En 2010, tous les dirigeants du PS était réunis au Tampon pour déclarer leur solidarité avec Michel Vergoz qui venait d’offrir le Conseil régional à l’UMP-Objectif Réunion. Ils se vantaient d’avoir sorti l’Alliance de la Présidence du Conseil régional. Ils étaient fiers d’avoir atteint leur rêve d’affaiblir le PCR. Il faut dire qu’ils disposaient d’importantes complicités au sein même du PCR.

Trop content du cadeau qui leur a été offert, la coalition UMP-Objectif Réunion-UDI a utilisé à fond les moyens du Conseil régional pour arracher la majorité au Département dans lequel elle dispose d’une confortable avance de 32 membres sur 50. Le PS a été réduit à 5. Le Constant lui-même a été sauvé par la passivité du maire UDI de Saint Philippe. Voilà l’ultime sanction de la trahison sous les tropiques.

Recevant PLR dans son groupe, le PS se retrouve au final à 8 dans cette assemblée de 50 personnes, soit 3 de moins que dans l’ancienne mandature. Comme quoi il n’y avait rien de glorieux d’avoir donné le Conseil régional à la droite en 2010.

Un autre parti se trouve dans la panade. Il s’agit du LPA de Thierry Robert. Il est arrivé à la mairie de Saint-Leu grâce au PCR dont les représentants constituaient la moitié du Conseil municipal, en 2008. Il a liquidé le PCR à la dernière municipale. Désormais, seul aux commandes de la mairie, il est isolé et recherche des alliés, désespérément. Devant l’incompréhension publique des 2 voix supplémentaires obtenues par Nassimah Dindar, Jacques Dennemont a lu à la fin de la séance d’hier une déclaration du LPA pour préciser que Jacqueline Silotia et lui avaient voté pour Nassimah Dindar, mais qu’ils se sont abstenus lors du vote des vice-présidents.

Voilà la triste réalité de ce troisième tour des Départementales. Il se trouve encore des journalistes pour leur trouver des vertus politiques. Allons, un peu de modestie et un zeste de réalisme pourraient être un bon remède pour guérir de l’anti-communisme.


Kanalreunion.com