Edito

Le courage de Gribouille version UMP

J.B. / 18 novembre 2011

Il faut être l’UMP Réunion pour vanter le « courage » de Sarkozy ! Le colonisé a toujours besoin de se distinguer dans l’outrance à l’allégeance au maître. On en a trouvé une brochette à la conférence de presse consacrée à l’opération de racolage des électeurs pour devenir adhérents. Pour la circonstance, ils n’ont pas hésité à copier la campagne de l’Église pour « la vocation ». Eux parlent du mois de « l’engagement ».

Le mandat de Sarkozy se termine dans 6 mois. Il a mis la France sens dessus dessous, en cassant toutes les grandes lois qui sont à la base de la cohésion de la société française. Il a fait d’importants cadeaux aux riches, ce qui a provoqué en grande partie le taux du déficit public tant décrié. Quand les instances européennes menacent la France de sanction, Sarkozy tire sa rage sur ses concitoyens. Il fait payer par la majorité de la population ses frasques. Où est le courage ?

Un plan est voté pour corriger le déficit en 3 années. Tout son entourage explique le bien-fondé de ses décisions. Et puis, dès la première année d’application du plan, c’est la catastrophe. Le déficit s’aggrave. Où est le courage ?

Qu’à cela ne tienne, on fait des rallonges, et on vote un deuxième plan. Cette fois, on rajoute 3 années au premier plan. Et, avec la même certitude qu’avant, on annonce la fin pour 2016. Et, voilà que c’est Bruxelles qui déclare que le plan français est insuffisant. Le gouverneur de la Banque de France de passage à La Réunion le confirme. Où est le courage de Sarkozy ?

Il prépare un 3e plan d’austérité avec des mesures encore plus impopulaires. Il ramasse en ce moment une volée de bois vert, car au mépris pour la population, il rajoute le mensonge. C’est cela le courage ?

En réalité, il s’est engagé, comme l’UMP dans ce qu’on appelle « une fuite en avant ». Il a fait un choix. Il ne maîtrise plus rien. Il préfère quand même continuer. Il est dans la position du suicidaire. On peut lui décerner le label du courage, car personne n’a envie de le suivre dans cette voie. Par contre, il y a toujours quelques personnes bien intentionnées pour tester la résistance du suicidaire, question de voir s’il ira jusqu’au bout de son geste désespéré.

C’est probablement cela que l’UMP local qualifie de « courageux ». Ils n’ont même pas un peu de compassion pour cet homme perdu qui passe son temps à rejeter sur les autres la responsabilité de ses déboires. Jeter la suspicion de vol sur les bénéficiaires des allocations où traiter les fonctionnaires malades de profiteurs, il fallait le faire ; l’UMP a proposé, Sarkozy a appliqué.

Est-ce que l’UMP local ne confond pas : courage avec gribouille ?

J.B.


Kanalreunion.com