Edito

Le déclin de Bello entraîne le PS

J.B. / 17 décembre 2015

Lors de la campagne des élections régionales, le choix de Huguette Bello comme tête de liste avait été un facteur de division. Tout d’abord, cela avait exclu le Parti communiste réunionnais et le Progrès. Cela a créé une fracture au sein de socialistes qui n’étaient pas au Progrès. Nombreux étaient ceux qui estimaient qu’un parti qui a 5 députés sur 7, 3 communes dont Saint-Denis, ville de 150.000 habitants, et 4 conseillers départementaux, a la possibilité de trouver dans ses rangs une personne capable de conduire une liste aux élections régionales. Dans des conditions beaucoup moins favorables en 2004 et en 2010, le PS avait sa propre liste, et l’avait même maintenu au second tour.

En effet, PLR, le parti de Bello, n’avait pour sa part qu’une députée, une commune et deux élus au Département.

Plus que le nombre, c’était la dynamique de la défaite que traînait comme un boulet la président de PLR. En septembre 2012, le MPR, Mouvement pour La Réunion, se transforme en PLR lors d’une assemblée à la salle Candin. Nous avions rappelé hier le titre du « JIR » de l’époque : « La machine de guerre électorale ». Tragique erreur, car les faits montrent que ce jour a marqué la création d’une « machine à perdre les élections ».

Au moment de sa création, PLR avait une députée, 7 conseillers généraux, 3 communes. Les élections municipales de 2014 étaient les premières pour PLR. Il n’a pu gagner que dans une commune et perdait Saint-Paul, le bastion de Bello. Aux élections départementales de mars dernier, sa représentation est passée de 7 conseillers à 2.

Malgré cette série de revers, le choix de Bello était le bon selon Annette. Pour appuyer la décision, des photocopies des sondages publiés dans la presse avaient même été envoyées à Paris, disait la Fédération lors de sa conférence de presse du 2 septembre.

Le résultat des élections régionales a montré clairement le bilan de cette stratégie. Le PS n’obtient que deux élus, tout comme PLR. Jamais la représentation du PS n’a été aussi faible dans l’assemblée régionale. Quant aux deux élus PLR, ils sont le résultat de toute la débauche d’efforts et de moyens déployés pendant plus de trois ans pour faire passer Huguette Bello comme la leader de la gauche à La Réunion, avec comme préoccupation l’exclusion du PCR. Les faits sont là, Huguette Bello est sur le déclin, et elle a entraîné le PS dans sa chute.


Kanalreunion.com