Edito

Le ferroviaire à la veille d’une révolution mobile : conséquence pour La Réunion

J.B. / 7 novembre 2016

JPEG - 13.7 ko

En Allemagne, le prototype d’un nouveau train fait des essais. Fabriqué par Alstom, le Coradia iLint est un train électrique particulier. Il n’a pas besoin d’un pantographe pour capter l’énergie sur un cable aérien. Son moteur est alimenté par des batteries elle-même chargée par un réservoir d’hydrogène situé sur le toit. Avec ce système, ce train peut parcourir 800 kilomètres par jour, et rouler jusqu’à 140 kilomètres par heures.

Cet équipement vise à remplacer les trains diesel qui desservent les lignes non-électrifiées. Le Land de Basse-Saxe en a commandé 14. Si les tests sont concluants, alors ce train d’un nouveau type pourra remplacer 4000 autorails diesel.

Dans le domaine ferroviaire, le train électrique autonome est une révolution à rapprocher de celle qu’a connu le téléphone avec la diffusion du mobile. En effet, avant le cellulaire, il fallait d’abord créer un réseau de câbles pour y brancher ensuite un téléphone. Le mobile a rendu caduc ce préalable. Désormais, un maillage d’antennes-relais suffit à assurer la couverture de millions d’habitants.

Pour le ferroviaire, l’usage d’un tel train permet de bénéficier de la traction électrique sans avoir besoin de poser des caténaires le long des voix. Cela réduit aussi la surface occupée par le train, et il n’y a plus besoin de station relai pour alimenter les caténaires en électricité. Une fois les rails posés, un train électrique peut donc circuler. Les retombées seront considérables dans les pays qui ont besoin de construire un réseau ferré. Cela concerne donc La Réunion. Cela relance une fois de plus le débat sur le retour du train à La Réunion.

En effet, si la Région Réunion n’avait pas été donnée à Didier Robert par les socialistes et Bello, alors le tram-train circulerait déjà entre Sainte-Marie et Saint-Paul depuis trois ans. Les embouteillages de la route du littoral ne seraient plus que des mauvais souvenirs pour les dizaines de milliers de personnes qui emprunteraient quotidiennement ce moyen de transport moderne, écologique et pas cher. Nous en serions à la mise en œuvre des extensions entre Saint-Denis et Saint-Benoît et entre Saint-Paul et Saint-Joseph. La mise en service de trains tels que le Coradia iLint aurait permis d’accélérer la mise en service de ces nouvelles lignes, car il n’y aurait plus besoin de se préoccuper de la construction d’un réseau de caténaires le long des voies.

Tout n’est pas perdu. L’entrée en vigueur de l’Accord de Paris sonne comme une condamnation de la route en mer. Il est donc urgent de réaffecter les crédits de ce chantier au projet pour lequel ils ont été obtenus, c’est-à-dire la reconstruction du chemin de fer de La Réunion.

J.B.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Un grand merci pour ces infos positives pour la suite. Soyons certains que le train fasse son retour à la Réunion. Si de plus, il utilse les dernières solutions techniques, là oui, pour une seconde bonne raison, la Réunion serait un bon exemple pour la France, la région sud de l’Océan Indien, pas hélas comme en ce moment où on pullue de plus en plus, avec des véhicules importés diésel en grande majorité donc créateurs de micro particules cancérignes pour nos poumons et celui des enfants nés ou à venir. Il faut voir le long terme et pas seulement celui d’un mandat électif en veillant bien à ce que ne soit pas le remplaçant qui récolte les fruits semés. Chose qui se fait hélas trop souvent ici et ailleurs, Arthur.

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com