Edito

Le G20 avait d’autres priorités !

J.B. / 9 septembre 2013

Le 5 septembre s’ouvrait le Sommet du G20 en Russie. Les médias qui relayent les infos du monde entier n’avaient d’yeux et d’oreilles que pour les dirigeants des 20 pays les plus riches du monde. Obama par-ci, Poutine par-là, entre les deux, Hollande. Qu’il y ait des divergences dans ce monde dominant constitué d’anciens et de nouveaux riches, c’est une évidence, mais ils militent tous pour l’intégration mondiale. Chacun essaye de tirer profit avant l’autre de ce vaste marché unique où la défense d’intérêts particuliers sous-tend le spectacle de ceux qui osent s’instaurer sans pudeur de père la morale. Il faut punir...

Dans le même temps s’ouvrait le 3 septembre le 44ème FIP (Forum des Iles du Pacifique) où 14 États insulaires s’égosillent dans l’espoir d’être entendus justement par ceux qui se donnent en spectacle au G20. Les pays industrialisés sont responsables de la pollution atmosphérique et de la production de gaz à effet de serre. Conséquence : le niveau de la mer monte et les îles sont menacées de disparition. Dans une ultime résolution de leur Forum, les victimes ont lancé un appel aux pays industrialisés et à leurs dirigeants afin d’arrêter ce qui constitue déjà un crime contre le droit de ces peuples à exister. Là, point n’est besoin d’une enquête de l’ONU ou de déclassement de documents douteux.

La Commissaire européenne en charge du Climat, Mme Connie Hedegaard, présente à ce Forum, a témoigné de la montée des eaux et de l’urgence de la situation. L’“AFP” qui rapporte ses propos écrit : «  Ces pays qui se situent à la frontière du changement climatique donnent “un exemple moral” qui rend plus difficile pour les grands pays de dire qu’ils ne peuvent pas encore se fixer des objectifs d’émissions carbone, selon elle ». En Droit, cela s’appelle « non assistance ».

Le pire, c’est quand les médias réunionnais et les dirigeants politiques ne tirent aucune conséquence pour La Réunion. Si les îles du Pacifique sont noyées, cela veut dire que la mer a monté de plus d’un mètre. Notre île ne sera pas noyée pour autant, mais le littoral sera physiquement un mètre sous l’eau. Cela se passe sous nos yeux, comme le dit Mme Connie Hedegaard. A condition qu’on veuille faire un effort pour « voir ».

Bientôt, il n’y aura plus beaucoup de personnes — de gauche et de droite — pour ricaner des appels pressants de Paul Vergès et du PCR en faveur d’une politique d’adaptation aux conséquences du changement climatique. De ce fait, La Réunion doit être solidaire avec les victimes du Pacifique et de l’océan Indien. Les Réunionnais doivent dénoncer la politique énergétique actuelle qui repose sur l’importation du pétrole et du charbon. Ils doivent remettre en cause le tout-automobile ainsi que l’ineptie de la construction de la Nouvelle Route du Littorale en mer avec deux voies supplémentaires inutiles ! Retenons la leçon : Grands pays ou petits États, l’égoïsme de classe n’a pas de frontière. Au G20, ils avaient d’autres priorités !

J.B.


Kanalreunion.com