Edito

Le « garrot » de Didier Robert

LB / 12 avril 2010

Dans son "Bulletin de conjoncture" pour le 4ème trimestre 2009 qui vient de paraître, l’Institut d’émission des départements d’outre-mer (IÉDOM) estime que « la conjoncture économique à La Réunion (…) demeure peu porteuse ». Il cite l’Indicateur du climat des affaires (ICA), qui « signale un courant d’affaires toujours faible » et il affirme que « la morosité économique continue de peser sur l’investissement ».
Parmi les nombreux chiffres inquiétants publiés dans ce bulletin de l’IÉDOM, il y a notamment la hausse des prix au dernier trimestre 2009 (plus 1,4%) et « le marché de l’emploi (qui) continue de se détériorer (avec) une nouvelle hausse du nombre de demandeurs d’emploi ». Il précise que « la barre symbolique des 100.000 demandeurs d’emploi (catégorie A) est ainsi franchie pour la première fois depuis le premier trimestre 2003 ».

À la fin de son introduction, l’IÉDOM note que sur le climat économique « fragile » pèsent « les incertitudes portant sur la réalisation du tram-train et la campagne électorale des régionales de mars ». Là nous sommes en avril, le premier trimestre 2010 est passé, les élections aussi et quand on connaît les projets négatifs du nouveau président de la Région, ces inquiétudes se confirment.
D’autant plus que s’ajoutent bien d’autres données négatives et des menaces, comme celle signalée la semaine dernière par Élie Hoarau et Maya Césari à propos de l’avenir de la filière canne. On peut également citer l’augmentation des difficultés des collectivités, qui se voient confier de plus en plus de tâches de l’État mais sans les moyens financiers correspondants.

La semaine dernière, sept présidents de Conseils généraux ont tenu une conférence de presse à Paris pour « déplorer la situation financière dramatique des départements » en raison de ces manques de compensations. Selon les responsables de l’Association des départements de France, « financièrement, les départements n’ont aucune marge de manœuvre et sont soumis au supplice du garrot ».
Cette politique, qualifiée d’anti-constitutionnelle, est soutenue par le député et membre du Bureau politique de l’UMP qu’est le nouveau président de la Région Réunion. Si l’on y ajoute la menace qui pèse sur le tram-train et la MCUR, cette politique incarne le « garrot » de Didier Robert.

L. B.


Kanalreunion.com