Edito

Le gouvernement n’a plus de majorité

J.B. / 1er mai 2014

Il a suffit d’un mois, jour pour jour, après les municipales, pour constater l’état de la majorité gouvernementale. Le Premier Ministre a obtenu la confiance de l’Assemblée Nationale par 265 contre 232. Vu le résultat, il a manqué 26 soutiens pour atteindre la majorité qui est de 289. Ainsi, malgré les pressions effectuées sur le PS, 41 Députés socialistes ont refusé de cautionner le projet qui leur était présenté. Et, 5 n’ont pas pris part au vote dont des membres du gouvernement ainsi que le Président de l’Assemblée Nationale, Claude Bartolone. C’est un acte de rébellion qui ouvre une plaie au sein du parti de la majorité qui ne restera pas sans suite, si l’on juge par des déclarations durant le week end.

En effet, jusqu’au dernier moment, dans l’hémicycle, il a interpellé ses collègues de la majorité sur leur responsabilité et le sens de leur vote. Il a martelé : "Il s’agit d’un moment décisif pour le redressement du pays et pour la crédibilité de sa parole". 41 personnes l’ont considéré différemment. Et, à la sortie de cette passe dangereuse le gouvernement obtient la majorité relative de 265 voix grâce au vote de Députés de l’opposition.

Vu de La Réunion, il faut noter que les 5 députés socialistes ont été solidaires de leur gouvernement ainsi que Thierry Robert, membre de la majorité présidentielle. Huguette Bello s’est distinguée en votant contre le gouvernement dans lequel se trouve celle qui est venue lui prêter main forte durant la campagne électorale, la Ministre Marisol Touraine. Mais quelle que soit leur réaction personnelle, les élus réunionnais doivent expliquer à la population ce qui, à leurs yeux est « décisif » ou non, selon la référence de Valls.

Les médias ne doivent pas se satisfaire de réactions « spontanées », voire médiatiques, devant des choix « décisifs ». La Réunion souffre de l’absence de débats et le corps électoral est balloté d’une élection à une autre sans comprendre ce qui lui arrive. En l’espèce, le vote positif de Députés de l’opposition est-il un acte de lucidité à ce « moment décisif » ? Cette clarification devrait donner un éclairage sur le contour des prochaines majorités : les votes vont s’accélérer sur les modalités d’application. La tendance actuelle va-t-elle s’affirmer ?

J.B.


Kanalreunion.com