Edito

Le grand rendez-vous du 12 décembre

LB / 26 juin 2010

Hier matin sur Radio et Télé-Réunion, Élie Hoarau a annoncé la date du Congrès extraordinaire du Parti communiste réunionnais, prévu pour la fin de cette année. Ce sera le dimanche 12 décembre et, bien sûr, d’ores et déjà tous les Réunionnais déterminés à se battre pour achever la décolonisation de leur pays afin de construire un développement durable dans leur île et aider à sauver l’humanité vont noter cette date sur leur agenda.
En effet, comme l’ont rappelé à la fois Élie Hoarau et Paul Vergès dans leurs dernières interventions publiques, d’immenses défis sont à relever par le peuple réunionnais comme par tous les peuples de la Terre, au cours des décennies à venir. Et la sous-estimation de la gravité de ces défis comme la passivité face aux problèmes de nos sociétés sont liées à l’irresponsabilité, à l’égocentrisme et à l’irrationalité que cultive notre idéologie dominante.

Cela signifie qu’il faut véritablement analyser les causes profondes et réelles de nos problèmes dans le but de les combattre ensemble. C’est plus efficace et cela donne plus d’espoir à la population, plutôt que de se contenter de belles paroles, qui ne remettent pas en question le système socio-économique, culturel et politique où nous sommes contraints de vivre par les maîtres d’aujourd’hui.
Parmi ces causes, il y a la dictature mondiale de la finance et de la loi du profit sur les marchés ; une dictature institutionnalisée par les États, dont le G 20 sera l’illustration dans les prochains jours. Celle-ci se traduit par exemple par l’augmentation l’an dernier de 14% du nombre de millionnaires (en dollars) dans le monde, avec 11,2 millions de foyers — soit moins de 1% des foyers de la planète — qui se partagent 38% de la fortune financière privée mondiale, pendant que le nombre de personnes souffrant de la famine augmente et vient de dépasser le milliard.

Ce totalitarisme du “bizness” entraîne également les effets du réchauffement climatique et tout cela s’ajoute aux causes structurelles du retard de développement à La Réunion, avec notamment une économie de plus en plus dépendante et une inégalité de plus en plus grande dans le partage des revenus. Cette politique gouvernementale, soutenue par Didier Robert, se traduit par une aggravation du non-respect du droit des Réunionnais à l’emploi, au logement et à des moyens de vivre décemment.
Face à une telle situation, qui va aller de plus en plus mal pour les plus pauvres, la principal parti politique réunionnais va tenir son congrès dans 5 mois et demi pour renforcer son organisation afin de soutenir les combats de son peuple pour la justice et la liberté. D’où l’importance du grand rendez-vous du 12 décembre.

 L. B. 


Kanalreunion.com