Edito

Le Moyen-Orient poudrière de ce début de 21e siècle

J.B. / 4 janvier 2016

Ces dernières semaines, le groupe État islamique a subi plusieurs revers en Irak. Ces faits ont de nouveau attiré l’attention sur la guerre entre les terroristes d’une part, et les deux coalitions menées respectivement par la Russie et les États-Unis d’autre part.

Dans cette région, plusieurs autres foyers de guerre existent.

C’est tout d’abord la relance par Israël de l’escalade militaire en Palestine. En riposte aux exactions des colonisateurs, des Palestiniens sont passé à l’action vendredi soir sans faire de dégât ni de victime. Par mesure de représailles, le gouvernement israélien a envoyé des bombardiers attaquer Gaza. Depuis des décennies, cette guerre se prolonge.

Mais c’est plus au Sud que les actes sont les plus inquiétants.

Ce week-end l’Arabie Saoudite a pris plusieurs décisions lourdes de conséquences.

La première est le massacre de plus de 40 prisonniers. Parmi les victimes des exécutions figurait un membre de l’opposition politique au gouvernement, qui était aussi un responsable religieux chiite. En Iran, ce crime d’État a suscité une vive réaction. L’ambassade d’Arabie Saoudite à Téhéran a été incendiée dans la nuit de samedi à dimanche. Hier, des milliers de personnes ont bravé l’interdiction de manifester et ont brûlé des drapeaux des États-Unis et d’Israël.

La seconde est la reprise de l’offensive militaire au Yemen d’une coalition menée par l’Arabie Saoudite contre des Yéménites alliés de l’Iran. Plusieurs milliers de personnes sont déjà mortes à cause de cette guerre.

Ces faits montrent l’intransigeance de l’Arabie Saoudite face à l’Iran. Ils creusent encore au Moyen-Orient la division entre les chiites qui vivent principalement en Iran et en Irak, et les sunnites qui habitent les pays du Golfe persique et l’Arabie Saoudite. C’est un foyer d’instabilité durable qui implique des acteurs qui ont des liens avec les grandes puissances. L’Iran est un allié de la Russie alors que l’Arabie Saoudite est soutenue par les Occidentaux. En fin d’année dernière, le Premier ministre de la France a même été rendre une visite officielle dans ce pays dont les dirigeants refusent catégoriquement que les femmes aient les mêmes droits que les hommes.

Le Moyen-Orient est vraiment la poudrière de ce début de 21e siècle.


Kanalreunion.com