Edito

Le niveau de la mer montera encore plus vite que prévu

J.B. / 2 avril 2016

Deux chercheurs ont publié une étude dans la revue Nature. Ce travail s’intéresse à la montée du niveau des océans à cause du réchauffement climatique. Elle tient compte de la fonte des glaces de l’Antarctique. Au lieu du mètre prévu par le GIEC, cette étude annonce une augmentation de 2 mètres du niveau de la mer pour les prochaines décennies, et de 15 mètres pour les prochains siècles.

« DeConto et Pollard proposent ici un des modèles les plus sophistiqués qui représente l’écoulement de l’Antarctique dans son ensemble, a indiqué au Monde Valérie Masson-Delmotte, paléoclimatologue et coprésidente du groupe 1 au sein du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Jusqu’ici, on ne pouvait pas prendre en compte l’Antarctique dans les prévisions de la montée des eaux. »

Cette étude se base sur des épisodes durant lesquels la Terre connaissait une fonte des glaces situées aux pôles. Le premier remonte à trois millions d’années, quand le niveau de la mer était 10 à 30 mètres plus élevé qu’aujourd’hui, et le second à la dernière période interglaciaire, il y a 130 000 à 115 000 ans. À ce moment, l’océan était 6 à 9 mètres plus élevé qu’aujourd’hui.

Si la pollution de l’atmosphère continue au rythme actuel, alors à elle seule la fonte d’une partie des glaces de l’Antarctique sera responsable d’une hausse de 1 mètre du niveau de la mer d’ici 2100, et de plus de 15 mètres d’ici à 2500.

« Cette nouvelle modélisation revoit fortement à la hausse les prévisions du cinquième rapport du GIEC. Celles-ci prenaient en compte la fonte et l’écoulement du Groenland, la dilatation des océans et la fonte des glaciers de montagne », indique « Le Monde ». « Mais le GIEC n’avait pas pu tenir compte de l’effondrement de la calotte glaciaire au moment de son rapport, car les études manquaient », explique Catherine Ritz, chercheuse au laboratoire de glaciologie de Grenoble qui avait établi un modèle similaire en novembre 2015. « Cependant, ajoute-t-elle, le groupe avait déjà reconnu que l’Antarctique constituait un des plus grands risques. »

Sur la base de ces calculs, les prévisions les plus pessimistes du GIEC seraient donc doublées, avec la perspective d’une hausse du niveau des océans de 2 mètres d’ici la fin du siècle.

« Cela serait catastrophique pour les côtes et certains archipels qui seront rayés de la carte, alerte Valérie Masson-Delmotte. Mais aussi pour la ville de New York, par exemple, qui a basé son plan de construction sur une hausse du niveau des mers de plus de 1,40 mètre en pensant avoir une marge d’erreur. Ces nouveaux résultats montrent qu’en cas d’échec des accords de Paris, cette ville sera partiellement inondée. »

Cet avertissement concerne aussi La Réunion, il remet en cause les projets de ville nouvelle au bord de la mer dans l’Ouest, ou de port dans l’Est.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Le niveau de la la mer a déjà varié plusieurs fois au cours des derniers millions d’année de l’âge de la terre .On a déjà retrouvé à plusieurs endroits des traces d’un niveau de la mer situé à une centaine de mètres au dessous du niveau actuel mais également des trace d’un niveau situé à plus cent mètres au dessus .

    Les causes de cette variations dans un sens ou dans l’autre sont multiples , elle peuvent être par exemple : une variation de l’activité du soleil qui aura produit tantôt trop de chaleur tantôt pas assez , une modification de l’orbite de la terre qui l’aura approchée ou éloignée du soleil , une inversion des pôles qui aurait fait fondre brutalement leurs glaciers , une variation brutale de la composante et de la densité de l’atmosphère qui aura empêcher la chaleur du soleil d’arriver sur la terre ou de repartir vers l’espace intersidéral , suite à la projection dune énorme quantité de poussière ou de gaz provoquée par les éruptions volcaniques ou la chute de météores ou d’astéroïdes géants .

    Ce qui s’est produit une fois ou plusieurs fois dans l’histoire de la terre peut se reproduire de nouveau . Mais ce qui serait vraiment regrettable, ce serait, que ce soit les humains , qui soient à l’origine du prochain phénomène de réchauffement ou de refroidissement suite à leurs prolifération excessive et à une inconscience extraordinaire des conséquences de leurs agissements sur le devenir de leur planète.

    Aujourd’hui il est difficile de dire de manière précise quelle sera le niveau de la mer dans cent ou deux cents ans puisque plusieurs facteurs peuvent causer son élévation , mais ce qui est certain c’est qu’il sera probablement plus élevé de plusieurs mètres si les humains continuent d’envoyer dans leur atmosphère des gaz à effet de serre sans prendre des dispositions pour les résorber .

    Il est même probable que le niveau de la mer continue de monter jusqu’au niveau qu’il a déjà atteint dans le passé si la banquise et les glaciers polaires continuent de fondre un peu plus chaque année .

    Et lorsque tous les glaciers auront totalement fondu , la chaleur va faire évaporer progressivement toute l’eau de la terre jusqu’à ce qu’elle ressemble à la planète mars qui parait -il était aussi recouverte par des océans il y des centaines de millions d’années .

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com