Edito

Le parti de Huguette Bello prêt à s’allier avec les soutiens de la loi El-Khomri

J.B. / 31 mai 2016

Décidément, l’anticommunisme et la trahison ont la vie dure du côté du parti de Huguette Bello. Invité hier dans l’émission politique hebdomadaire de Réunion Première Radio, Olivier Hoarau a attaqué les dirigeants des communistes réunionnais. L’offensive est partie d’un oubli (volontaire ?) des partenaires potentiels de son parti lors des prochaines élections législatives. Il a cité les partis « de gauche » : Parti socialiste… en omettant le Parti communiste réunionnais. Puis l’actuel maire du Port a dit que son parti n’était pas opposé à discuter avec le PCR mais avec ses dirigeants. Il reproche à la direction des communistes réunionnais de l’avoir pris à partie alors qu’il était intervenu dans le conflit du BTP pour demander le dialogue social.

Tout d’abord, une précision s’impose. Le Parti communiste réunionnais s’est exprimé dans la grève du BTP pour soutenir les intérêts des travailleurs. Dans un communiqué publié le 12 avril 2016 et intitulé « Le PCR appelle à la solidarité avec les travailleurs du BTP », le Parti communiste réunionnais avait écrit ceci : « le maire du Port a demandé au représentant de l’État d’intervenir pour le rétablissement de l’ordre public dans l’attente d’une issue au conflit social ». Ce fait figurant dans le communiqué du PCR ne fait que rapporter les écrits d’un communiqué daté du même jour et signé Olivier Hoarau maire du Port, qui affirmait : « je demande à Monsieur le Préfet de prendre sans plus attendre l’initiative d’une médiation qui, dans un premier temps mettrait fin au trouble à l’ordre public, et dans un deuxième temps trouverait une issue à ce conflit ».

Ceci souligne que les conseilleurs du maire PLR se sont fourvoyés totalement et cela discrédite celui qui amplifie l’attaque. Cette sortie contre les dirigeants du PCR ne repose en effet sur rien et relève donc de l’anticommunisme.

Ceci étant, les propos tenus par le maire du Port en tant que représentant du parti de Bello sont riches d’enseignements. Pour sauver son poste de député qui lui assure des revenus conséquents et une couverture médiatique, PLR est prêt à s’allier avec le PS, le parti du gouvernement. Rappelons que ce gouvernement veut imposer une loi dite « loi travail » ou « El Khomri », qui suscite l’opposition d’un large front syndical. Il est à l’origine du plus grand mouvement social déclenché en France depuis des décennies. Cette mobilisation est largement justifiée car une telle loi livre le travailleur à l’arbitraire patronal et favorise une régression sociale terrible : licenciements favorisés, plus aucune portée pour les conventions collectives à cause de la possibilité d’écrire de fait un Code du Travail pour chaque entreprise.

Cela permet de mieux comprendre l’attitude de Huguette Bello à l’Assemblée nationale lors du dernier vote décisif. Au lieu d’être solidaire des députés communistes qui ont voté la motion de censure contre le gouvernement, Huguette Bello a refusé de voter pour ce texte visant à empêcher l’adoption de la loi El Khomri. Une fois de plus, elle a trahi ceux à qui elle doit beaucoup, car sans le soutien d’un groupe parlementaire, Huguette Bello ne pourrait pas se montrer aussi souvent lors des séances télévisées à l’Assemblée nationale. Son temps de parole serait réduit, ainsi que ses moyens.

Pour les prochaines élections législatives, un des dirigeants de son parti affirme qu’une alliance avec le PS est possible. Les travailleurs sont prévenus. Une nouvelle fois, le parti de Bello est prêt à les trahir.

J.B.


Kanalreunion.com