Edito

Le PCR et la défense de l’identité réunionnaise

J.B. / 19 octobre 2011

Le Parti Communiste Réunionnais a été créé en 1959, en accord avec le Parti Communiste français qui a reconnu le bien-fondé de son existence. Depuis, les rapports aux partis politiques français se fondent sur l’égalité et le respect mutuel. Pour sortir des méfaits du régime colonial, la défense de l’identité réunionnaise est une question de dignité.

Sur un demi-siècle de cette expérience historique, c’est un acquis considérable au service des populations respectives que nos organisations représentent. Cela mérite d’être souligné positivement, au regard de la pratique. Mais, il arrive que des Réunionnais, membres de partis parisiens, agissent auprès de leur direction pour remettre en cause ce principe.

La dernière en date concerne la participation du PCR aux "Primaires citoyennes" organisées par le Parti Socialiste français pour déterminer son candidat à l’élection présidentielle de 2012. Contrairement aux périodes passées, il a souhaité, cette fois, externaliser la désignation de son candidat.

Dans cette optique, des rencontres ont eu lieu, et une délégation du PCR et de l’Alliance a été invitée à participer aux forums des idées socialistes pour l’Outre-mer en avril dernier. A l’issue de cette contribution collective, la candidate Martine Aubry devait faire parvenir une lettre à Paul Vergès et au PCR pour leur permettre de s’engager dans l’initiative inédite. C’est après le 1er tour qu’une lettre est arrivée.

Le premier tour étant passé, celle-ci avait plus un caractère de clarification, absolument nécessaire au regard de l’histoire. La grande leçon à retenir : le résultat pratique et immédiat de ces entraves à l’encontre du PCR a eu pour conséquence la défaite de la ligne sectaire. Le PCR a bien participé et contribué clairement à la victoire du candidat qu’il soutenait, et qui prônait la concertation et le respect. Personne n’a perdu son identité.

J.B.


Kanalreunion.com