Edito

Le peuple attend des clarifications sur les comportements du PS, ici et en France

J.B. / 26 août 2013

La vie politique en France est à l’heure des « universités d’été ». Celle du PS était la plus en vue. Après plusieurs jours de débats, tout le monde attendait le discours de Jean-Marc Ayrault, chef du gouvernement, et celui de Harlem Desir, patron du PS. Matignon a souhaité faire de la pédagogie, car les Français ne comprennent pas ce qui se passe au gouvernement. La direction du PS bat le rappel contre la droite. C’est également ce que souhaite son représentant local, Philippe Leconstant.

Le temps de la clarification est absolument nécessaire.

Oui, que s’est-il passé en 2010 pour que le PS fasse cadeau à l’UMP la direction du Conseil régional sous présidence de l’Alliance de Paul Vergès ? Non content de la « victoire » offerte, la tête de liste PS est allée en personne saluer l’actuel président. Il lui a même proposé ses services, et ne s’en est pas privé. A l’époque, toute la direction de la Fédération du PS avait tenu une conférence de presse pour se solidariser avec la tête de liste et sa démarche. On apprendra plus tard qu’un poste de sénateur lui a été promis pour ce coup de poignard dans le dos du peuple réunionnais.

Les commanditaires de ce cadeau à l’UMP se moquaient des conséquences sociales de leurs actes. Ils voulaient la “peau” de Vergès et du PCR. Ils se vantaient de devenir le premier parti... Ils ont poursuivi le sale boulot avec méthode, en oubliant qu’un jour, cela allait se retourner contre eux. Nous y sommes.

De fait, ils ont obtenu 5 députés sur 7. Sitôt après, leur parti s’est fracassé en deux, sur le triomphe anticommuniste, perfectionnant à souhait l’atomisation des organisations politiques locales. C’est désormais dans ce paysage totalement éclaté que Philippe Leconstant appelle au rabibochage des restes de la gauche, dans laquelle il inclut... le PCR ! Que nous vaut cette marque soudaine de considération, trois ans à peine après que la direction du PS ait donné en cadeau le Conseil régional à la droite ?

A cause de ce vote “contre nature”, le peuple souffre de la fin des grands projets, et l’économie réunionnaise s’est effondrée. La route du littoral à quatre voies aurait dû être commencée, car les financements étaient là. Le président UMP-PS a préféré casser l’existant pour y ajouter 2 voies supplémentaires. L’objectif était d’ouvrir les espaces de circulation supplémentaires à 2.000 bus ! Les conseillers régionaux PS ont applaudi des deux mains ce choix UMP, en fustigeant le tram-train ainsi que le projet initial de la route du littoral à 2X2 voies qui avait toute sa cohérence.

Si Paul Vergès était encore président, La Réunion disposait d’un plan de relance exceptionnel qui couvrait deux mandats présidentiels. Un partenariat vertueux aurait été noué avec le gouvernement de Jean-Marc Ayraut. Aujourd’hui, le président UMP de la Région appelle le gouvernement PS à la rescousse pour soutenir son projet inutile, puisqu’il n’y a pas 2.000 bus pour remplacer le tram-train. Après avoir menti au peuple, il compte sur les socialistes au gouvernement pour soutenir une imposture : en effet, la DUP originelle repose sur un projet devenu caduc.

J.B.

(Nous aurons l’occasion de revenir sur les relations pré-municipales).


Kanalreunion.com