Edito

Le plus bas niveau de la vie politique

LB / 8 juin 2010

Lors des dernières élections régionales en mars, celui qui était déjà député-maire du Tampon, président de la Communauté de communes du Sud et qui voulait aussi devenir président de la Région au nom de l’UMP (il y est parvenu grâce au soutien de certains dirigeants soclialistes) a fait plusieurs promesses démagogiques. En particulier, celle de remettre 12.000 ordinateurs aux lycéens en classe de seconde dès la prochaine rentrée.
Or cette rentrée a lieu le 19 août, c’est-à-dire dans à peine un peu plus de deux mois ; mais il n’y a toujours rien de fait par le nouveau président de la Région pour respecter cette promesse. Et cela pose de gros problèmes.

En effet, jusqu’à présent, il n’y a encore eu aucun contact de la collectivité avec le Rectorat pour finaliser ce projet et respecter les procédures légales en la matière. Et le respect des règles oblige par exemple la Région à lancer un appel d’offres au niveau européen aux vendeurs d’appareils numériques, ce qui prend au moins trois mois.
Ainsi, comme le dit “le Quotidien” d’hier, « il a fallu six mois de concertation entre l’Education nationale et le Département, qui a mené une expérience de même type mais avec dix fois moins d’élèves, pour ficeler le projet pédagogique ». La Région ne pourra donc pas tenir le calendrier promis.

Voilà pourquoi la direction du Conseil régional prévoit déjà de distribuer des bons d’achat, comme dans une campagne électorale. Et l’on passerait alors d’une opération prétendue d’utilité publique à une manœuvre clientéliste, qui renvoie aux pires municipales frauduleuses.
Au vu de ce qui se passe, pour les Réunionnais, la réalité est de plus en plus claire : par ses comportements, Didier Robert est en train de donner à la vie politique le plus bas niveau depuis de nombreuses années. Mais heureusement, il y a des militants et des responsables politiques à La Réunion qui sont capables de relever ce niveau.

L. B.


Kanalreunion.com