Edito

Le silence de Didier Robert, leader de l’UMP local

Témoignages.re / 10 mars 2011

C’est le Gouvernement qui fixe le prix auquel EDF doit acheter l’électricité produite par des centrales photovoltaïques.

Dans l’euphorie du Grenelle de l’Environnement, des incitations fiscales ont été accordées aux particuliers et entreprises privées pour permettre à la France de rattraper son retard en matière de production d’énergie photovoltaïque. L’Allemagne, de l’autre côté du Rhin, était déjà une référence.
Au dernier trimestre de l’année dernière, le gouvernement fixa un moratoire sur les projets présentés, organisa une sélection qui souleva l’indignation des investisseurs. Malgré tout, certains pensaient que la situation allait se stabiliser. L’espoir a été brisé net en ce début de semaine : le prix d’achat de l’électricité photovoltaïque a été encore revu à la baisse. C’en est fini de la filière. En pleine crise pétrolière et de la flambée du prix du pétrole, c’est une décision irresponsable de l’UMP.

Le prétexte avancé l’année dernière, c’était l’augmentation de la balance des paiements de la France au regard de l’importation des panneaux photovoltaïques provenant de Chine. En plein débat sur le déficit budgétaire, l’argument valait son pesant de démagogie. Mais, cette fois, l’augmentation du prix du pétrole contraint la France à débourser des milliards supplémentaires pour assurer l’importation de cette énergie fossile et polluante.
Cette évidente contradiction est aggravée à La Réunion. Le prix d’achat d’électricité a été divisé par 3 ! Or, cela correspondait à une volonté politique du Gouvernement, inscrit dans GERRI, et qui envisageait atteindre l’autonomie énergétique vers 2030. Dans son édition de la semaine écoulée, l’hebdomadaire "l’Express" a montré que GERRI avait comme objectif de faire main basse sur les projets de la Région au profit du gouvernement et de l’UMP.

Le nouveau président de la Région, grand démolisseur des projets de Paul Vergès, est plus que jamais en phase avec ses amis parisiens. Son silence est très significatif à une semaine des élections cantonales. Va-t-il enfin parler ? Va-t-il expliquer aux Réunionnais les bienfaits de la politique UMP ? A-t-il perdu sa langue depuis qu’il a voté la loi sur la fin de la retraite à 60 ans ? Habituellement si prolixe, il aura du mal à continuer de se camoufler, lui le député, membre éminent de la direction de l’UMP, inspirateur de la politique gouvernementale, parlementaire en mission, directeur de campagne électorale, etc.

J.B.


Kanalreunion.com