Edito

Le temps des responsabilités

J.B. / 20 février 2014

Mardi, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a reçu l’Association des Régions de France en présence de deux autres ministres, Marylise Lebranchu et Anne-Marie Escoffier. Cette rencontre avait pour cadre la concertation sur le projet de loi de décentralisation.

Dans le communiqué publié par le Premier ministre, il est dit que « les régions disposeront de nouvelles compétences pour renforcer leurs capacités d’action au service du développement économique et de l’emploi. Les régions auront vocation à accompagner la croissance des entreprises et à renforcer leur capacité à innover et à exporter ; elles seront ainsi clairement positionnées comme le niveau en charge de la compétence de développement économique ».
De plus, « davantage de marge de manœuvre sera conférée aux régions pour qu’elles puissent adapter les règles aux spécificités des territoires ».
L’objectif poursuivi par le gouvernement est de « dégager des économies dans la dépense publique » en simplifiant les organisations.

Cette rencontre est le coup d’envoi d’une série de rendez-vous qui fixeront le cap pour La Réunion dans les années à venir. En effet, outre la décentralisation, plusieurs dossiers vont arriver sur la table des parlementaires. C’est la loi sur l’agriculture dans l’Outre-mer. C’est également la loi sur l’Outre-mer que Victorin Lurel annonce révolutionnaire. Comme ces prédécesseurs Pons, Paul ou Girardin, le locataire de la rue Oudinot compte introduire des mesures significatives.
Tout cela a lieu dans un calendrier extrêmement resserré. Entre les municipales, les européennes et les sénatoriales, les parlementaires seront confrontés à une accélération des débats.
Pas une minute ne doit donc être perdue pour être à l’heure à ce rendez-vous.

Cela donne une idée de l’importance du débat du 26 février prochain au Sénat. À l’initiative de Paul Vergès, il sera question de l’Outre-mer. Ce sera le moment de faire connaître les propositions. Car maintenant que le Premier ministre a pris les choses en main, il est certain que la réforme institutionnelle est lancée. Le temps des responsabilités est arrivé.

 J.B. 


Kanalreunion.com