Edito

Le terrorisme grandit lorsqu’il n’y a pas d’autre option (dixit le Pape)

J.B. / 5 août 2016

Tous les médias ont rapporté les paroles du Pape, dispensées dans l’avion qui le ramenait des JMJ. “Témoignages” a repris un article du journal l’Humanité. Pour le chef de l’Eglise, “le terrorisme grandit lorsqu’il n’y a pas d’autre option”. La sélection optionnelle se fait par l’emploi et l’argent : “au centre de l’économie mondiale, il y a le dieu argent, et non la personne, l’homme et la femme, voilà le premier terrorisme”. Tout en affirmant avec force que “ Ceci est un terrorisme de base, contre toute l’humanité”, il confesse que “nous devons y réfléchir”.

Nous sommes bien au coeur de l’idéal communiste qui repose sur l’utilité sociale de l’Homme et non sur une quelconque valeur marchande. Une société où chacun est valorisé pour soi-même et au service des autres ne peut pas sombrer dans l’ennui, la destruction, voire l’auto-destruction. Aussi, le débat ouvert par le Pape convoque-t-il une Humanité consciente et responsable. Voilà du renfort idéologique pour ceux qui luttent et espèrent.

Combien de fois n’avons-nous pas entendu des personnes, au demeurant bien sous tous les rapports, venir donner des leçons aux membres du PCR, un parti à détruire, selon elles. Il arrive que des esprits fragiles cherchent des biais pour se conformer aux tendances du moment alors que le taux de chômage dépasse 30% et que 46% de la population se situe sous le seuil de pauvreté. 60% des jeunes de 19 à 24 ans, sortis du cycle scolaire, ne travaillent pas alors qu’on leur réclame 41,5 années de cotisations pour avoir la retraite. Ce tri sélectif ne relève pas de la nature, encore moins de la chance, comme une vulgaire loterie. C’est le résultat d’un système pourri que le Pape a demandé aux jeunes de combattre. Voilà l’ennemi commun.

Quelles perspectives avons-nous pour éviter le pire ? Suivant les voeux du pape, il n’est pas interdit d’y réfléchir. Avec une planète qui comptera 10 milliards d’individus, la Maison Commune s’imposera inévitablement aux chapelles de la division, ferment accélerateur de la barbarie. A La Réunion, il s’agit d’organiser intelligemment la vie d’un million d’habitants sur une surface utile d’environ 800 kilomètres carrés. Le PCR a réfléchi aux solutions globales et cohérentes. Les médias qui ont prolongé les propos du Pape auront du mal à garder plus longtemps le silence sur les options du PCR en faveur d’une société durable et solidaire.

J.B.


Kanalreunion.com