Edito

Les Américains sèment le désordre en Irak et puis s’indignent : quel toupet !

J.B. / 12 juin 2014

Obama avait soulevé l’enthousiasme du monde entier lors de son premier mandat. Et puis ce fut le désenchantement. Au deuxième mandat, il est réélu mais la confiance a été entamée. A moins de 3 ans de quitter l’avant scène politique de son pays, il doit affronter le scandale des écoutes privées par la NSA, l’engagement en Ukraine, l’incapacité de l’Occident face à l’enlèvement de 200 lycéennes au Nigéria, la faillite diplomatique au Moyen Orient, l’offensive des forces djadistes en Irak, etc.

En effet, ces dernières heures la guerre a pris une nouvelle tournure en Irak. Ce sont les Djaddistes qui mènent la guerre contre le régime en place, en Irak. Les villes tombent les unes après les autres et ils s’emparent des moyens économiques et militaires. La deuxième plus grande ville, Mossoul, est tombée. La capitale, Bagdad est directement menacée. Les dirigeants du pays appellent au secours ses anciens alliés qui ne font que s’indigner. Ces amis risquent d’arriver trop tard. Les Irakiens sont incapables de remettre de l’ordre après le départ des Américains qui ont divisé le peuple souverain Irakien.

Les Américains ont tout détruit au motif que l’Irak possédait des produits chimiques, des armes de destructions massives. Et, d’après Poutine la semaine dernière, les Etats Unis ont exhibé devant les caméras de la farine ordinaire pour faire croire que le régime possédait des armes chimiques. Aujourd’hui, dans un livre-confession, Collins Powell regrette son geste à l’ONU qui a conduit à la guerre, une guerre inutile. Il dit que c’est une tâche indélébile dans sa fulgurante et exceptionnelle carrière pour un Noir. Mais pour ces faits, les Etats Unis n’ont jamais été inquiétés par le TPI (tribunal pénal international) qui punit les auteurs de crimes de masse. Mieux, ils continuent à donner des leçons de gouvernance aux autres. Quel toupet !

J.B.


Kanalreunion.com