Edito

Les associations, pourront-elles sauver les colis alimentaires ?

J.B. / 1er février 2013

En 2010, La Réunion a distribué 110 tonnes de colis alimentaires. En 2012, c’est 600 tonnes. En l’espace de 2 années, les besoins ont été multipliés par 6. Cet indicateur révèle l’ampleur de la demande en nourriture, car les gens n’ont plus assez d’argent pour se la procurer. Généralement, c’est vers la troisième semaine du mois qu’on n’a plus rien. Les colis alimentaires sont répartis par le biais des associations d’entraide qui sont de plus en plus débordées par la progression de la demande face au manque de moyens concrets.

Jusqu’à maintenant, c’est l’Union européenne qui est leur principal bailleur de fonds à travers un programme dédié. Mais plusieurs pays européens, dont l’Allemagne, ont réclamé la suppression de cette aide. Ils ont porté plainte auprès de la Cour des Communautés et ont obtenu gain de cause. Les pays bénéficiaires ont réagi et se sont donc organisés. Ils ont eu un accord sur la moitié du montant nécessaire. C’est très insuffisant.

La bataille ne fait que commencer. Le Parlement Européen a pris l’initiative de soumettre un rapport à la commission. Younous Omarjee en a été désigné rapporteur. Il a rencontré les associations réunionnaises après un périple dans plusieurs pays de l’union. Désormais, il faut informer davantage les Réunionnais et les appeler à accompagner l’initiative en faveur du rétablissement de l’aide. Il faut 4,5 milliards d’euros pour l’ensemble des pays bénéficiaires.

Ce chiffre est à rapprocher du montant des aides d’État accordées au secteur financier dans l’Union européenne : 1.600 milliards d’euros entre le début de la crise en octobre 2008 et fin décembre 2011 ! Les considérations ne sont pas les mêmes selon qu’il s’agit des banques qui se redistribuent d’insolents dividendes ou des pauvres gens qui n’ont plus rien à se partager.

J.B.


Kanalreunion.com