Edito

Les choses sont claires.

J.B. / 1er février 2012

La bêtise et la haine sont de mauvaises conseillères. C’est la première impression qu’on peut retenir du triste spectacle qui nous a été offert par « la coalition des perdants ». Du coup, le scrutin de dimanche se déroule dans une situation très limpide.

Voilà une élection où se présente une maire sortante qui fait le pied de nez à son parti, le PCR. Elle avait déclaré à Elie Hoarau que Maurice Gironcel était incapable de faire démissionner des élus afin d’obtenir de nouvelles élections. Et quand, les élus démissionnent pour faire respecter la parole donnée, elle rentre dans une rage folle et accuse tout le monde, surtout celui qui l’a fait reine, Maurice. Elle exigera même qu’on lui fasse des excuses publiques. Quand la vanité dépasse les bornes !

Voici un conseiller général, élu l’année dernière, avec plus de 63% des voix, avec comme suppléante Nadine Damour, la fille de Gironcel. Il est aussi premier adjoint. Contacté par Elie Hoarau, il sera plus catégorique. « Ma liste est prête », dira-t-il au Secrétaire général du PCR. C’est une façon de couper court à la suite des discussions. Il dira même que « Maurice ne représente plus rien », « il n’y a plus personne avec lui ». Il raconte qu’il reçoit en mairie des centaines d’administrés. Bref, il n’y a plus rien à faire, circulez… C’est la vantardise à l’état pur !

Le peuple n’aime pas les traîtres.
Il a donné la victoire à Gironcel au 1er tour.
Il mettra Maurice à la Mairie, dimanche prochain

Imbus d’eux-mêmes, comment l’une et l’autre se sont-ils retrouvés dans la posture de recalé au passage des examens ?

Au fond, ils ont sous-estimé le niveau de conscience du peuple de Sainte-Suzanne qui depuis 30 ans a dû participer à plus de 30 scrutins, si l’on prend les 2 tours. La population n’a connu que 2 maires élus : Lucet Langenier et Maurice Gironcel. Il faut être vraiment un indigent intellectuel pour ne pas constater les liens d’affection qui unissent ces 2 élus aux masses populaires de la ville. Ce qui explique la belle prestation de Maurice au premier tour de scrutin. Avec l’aide du PCR, cette population avait réussi à déjouer la manœuvre de l’administration qui n’avait pas permis à Lucet Langenier de déposer une liste aux municipales. Malgré tout, elle a voté avec un bulletin confectionné à l’extérieur et Langenier a sauvé son poste de Maire.

Pour ce deuxième tour, la coalition des perdants fait un mauvais calcul. Ils font de l’arithmétique alors que leurs électorats se vident jour après jour. A la fin, ils se retrouveront en caleçon. Car, la population n’aime pas la trahison et les traîtres.

J.B.


Kanalreunion.com