Edito

Les États Unis : « un tigre en papier » ?

J.B. / 9 octobre 2014

En son temps, Mao Zedong avait qualifié les États Unis de « tigre en papier ». Nous étions en pleine guerre froide. Que dire aujourd’hui ?

Après avoir longtemps hésité, Obama a déclaré la guerre à l’État Islamique (EI), dirigé par ses amis. Il a cherché des alliés, rejetant le concours de la Syrie et l’Iran. Depuis les premières frappes, l’EI s’est renforcée militairement et psychologiquement. Des millions de personnes sont déplacées et des cruautés sont commises. L’impuissance de la coalition est palpable.

En effet, du confort de leurs salles climatisées, les Américains organisent à distance des frappes aériennes alors que l’urgence commande l’engagement de troupes au sol. Les États-Unis et leurs amis refusent d’apporter aux Kurdes les moyens nécessaires alors qu’ils montrent une résistance héroïque pour repousser un ennemi qui s’est terriblement renforcé. La honte s’est emparée de certains milieux militaires qui ne comprennent pas la peur de leurs dirigeants. Les manifestations de soutien aux résistants, au siège de l’ONU, sont un signe de l’exaspération de l’opinion devant la couardise des États Unis.

Pourtant, durant ces 2 derniers mois, au lieu de concentrer tous les efforts sur un seul point de tension, Obama s’est attaqué à la Russie à coups de sanctions économiques et diplomatiques. Pour quels résultats ? S’agissait-il d’initiatives calculées ou l’embarras d’un homme dépassé par les événements ? Premier bilan : jamais les États-Unis ne sont apparus aussi incohérents et peu efficaces. Ajoutons à cela l’humiliante prise de l’ambassade américaine par des islamistes en Libye ; tout le personnel américain avait pris la fuite devant le chaos crée par la décapitation médiatique de Khadafi et de son gouvernement.

Cela n’empêche pas Obama de faire la leçon aux Chinois sur le modèle démocratique que doit choisir Hong Kong, l’un des pays les plus prospère au monde. Alors, les États Unis, toujours un « tigre en papier » ?


Kanalreunion.com