Edito

Les préoccupations du développement durable

J.B. / 12 décembre 2012

La commune de La Possession a mis en place un dispositif d’aide pour équiper les habitations de Dos d’Ane en chauffe-eau solaire. C’est une initiative saluée positivement par la population du village et qui contribue à économiser l’énergie électrique ou le gaz pour chauffer de l’eau. C’est une participation à la baisse de production de CO2 conformément à la déclaration des instances de l’ONU qui demandent d’agir pour atténuer le réchauffement climatique.

Enfin, cette décision va dans le sens de l’autonomie énergétique dans le cadre du développement durable. Cela va incontestablement améliorer le coût et la qualité de la vie des administrés de cette localité isolée. Il est donc indéniable que la commune de La Possession se distingue de plus en plus dans des actions en faveur du développement durable.

D’ailleurs, durant le mois de novembre, une grosse opération de sensibilisation à la diététique a été organisée sous le slogan : "Fraîch’Attitude" ou comment bien choisir, conserver, cuisiner et déguster. La population pouvait se procurer des fruits et légumes frais pour 1 euro le kilogramme sur des marchés forains improvisés au cœur des quartiers visités. Ce fut un grand succès, car les produits frais étaient vite vendus.

Toutes les communes n’ont pas ce même niveau de préoccupation du développement durable. En effet, la semaine dernière la Commune de Trois Bassins a annoncé sa décision de récupérer les eaux usées des foyers pour l’envoyer au final à la station d’épuration de Cambaie ! Le réseau primaire sera raccordé avec celui de La Saline. Ainsi, les eaux usées des habitants de Trois Bassins auront parcouru des kilomètres de canalisation avant d’arriver à Cambaie où elles seront transformées en boue séchée. Mais l’eau traitée sera renvoyée à la mer. Or, le bon sens du développement durable voudrait qu’un système de traitement des eaux usées soit monté dans le village de Trois Bassins, ce qui aurait pour effet d’économiser des kilomètres de pose de canalisation qui coûtent extrêmement cher.

Qui va payer ? Dans le cadre de Trois Bassins c’est la population qui va subir des augmentations de taxe d’assainissement et rembourser les emprunts contracter par la commune. Est-il encore temps d’arrêter les dépenses occasionnées par la construction des kilomètres de canalisation pour transporter les eaux usées ? L’Agence française de Développement doit-elle soutenir ce genre d’initiative, contraire au développement durable et pénalisante pour les contribuables.

J.B.


Kanalreunion.com