Edito

Les principaux adversaires du développement durable

LB / 12 décembre 2009

Depuis l’ouverture lundi dernier de l’enquête d’utilité publique sur la Maison des Civilisations et de l’Unité Réunionnaise (MCUR), certains adversaires de ce projet se défoulent en démontrant leur mépris envers les Réunionnais. En effet, ils avancent principalement deux arguments : 1) c’est un service public inutile, dont La Réunion n’a pas besoin ; 2) son coût est trop élevé.
Ce disant, tout d’abord, ils ne se rendent pas compte qu’avec le second argument, ils sont d’une certaine façon en contradiction avec le premier ; car si l’on discute du coût d’un projet, c’est que l’on est d’accord pour le réaliser. Par ailleurs, lorsqu’on voit quels sont ceux qui mènent cette fronde contre la MCUR, on constate que ce sont les mêmes que ceux qui combattent tous les autres projets au service des Réunionnais.

En effet, parmi les adversaires de la MCUR, on trouve surtout les opposants au tram-train, à Air Austral et à la Région en général. Ce sont eux aussi qui ont tout tenté pour empêcher la réalisation de la route des Tamarins, avec les mêmes arguments : "cette route ne sert à rien et elle est trop chère".
Or, depuis qu’elle est ouverte à la circulation, tous les Réunionnais constatent sa qualité technique, la prouesse de tous ceux qui l’ont réalisée et combien elle facilite les liaisons dans l’Ouest comme entre le Nord et le Sud de l’île. Alors, parmi les opposants à cet équipement, qui veut revenir en arrière et pourquoi jettent-ils leur dévolu sur la MCUR ?

En fait, ils veulent à tout prix que les Réunionnais restent prisonniers de l’aliénation culturelle où les dominants ont cherché à les enfermer depuis plus de trois siècles. Car plus les Réunionnais — grâce à la MCUR — connaîtront leur Histoire, seront fiers de leurs richesses culturelles et unis autour de leur identité réunionnaise, plus ils seront libres, responsables et solidaires.
Voilà, fondamentalement, pourquoi ceux qui ont toujours traité les Réunionnais en inférieurs et cultivé les inégalités entre Réunionnais sont aujourd’hui contre la MCUR. De fait, ils sont les principaux adversaires du développement durable de La Réunion.

L. B.


Kanalreunion.com