Edito

Les responsables des massacres de Gaza seront-ils enfin jugés ?

J.B. / 8 janvier 2015

Hier, une décision importante a été prise par l’ONU. En effet, le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a accepté la demande des Palestiniens d’adhérer à la Cour pénale internationale (CPI), a indiqué mercredi le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric.

Un des objectifs recherchés par les Palestiniens est de mettre fin à l’impunité dont bénéficient les auteurs des derniers massacres à Gaza. L’adhésion de la Palestine à la CPI débouchera sur une enquête de la CPI qui commencera le 1er avril.

La dernière offensive de l’armée d’occupation avait fait plus de 1.000 morts, essentiellement des civils, femmes et enfants. Depuis plus de 60 ans, le peuple palestinien subit les actes de barbarie perpétrés au nom d’un gouvernement qui mène une politique coloniale. Les auteurs de ces crimes n’ont jamais été inquiétés, bien au contraire.

Comme il fallait s’y attendre, le gouvernement d’Israël a dit qu’il ne collaborera pas avec la CPI. Il est dans le prolongement d’une culture d’impunité qui existe depuis la création de cet État. Le droit international est pourtant très clair. Sur le territoire de la Palestine, il doit exister deux États, un palestinien et un israélien. Depuis 1967, l’armée israélienne occupe la totalité de la Palestine, elle doit se retirer des territoires occupés depuis cette date. Elle refuse.

Quand la Palestine a demandé son adhésion à la CPI, le gouvernement du pays occupant a immédiatement riposté. Il ne veut pas payer plus de 100 millions de dollars qu’il doit à l’Autorité palestinienne. Les Accords d’Oslo datant du siècle dernier prévoient que l’administration israélienne collecte des impôts en Palestine, puis lui restitue cette somme à l’Autorité palestinienne. En continuant à tout bloquer, le gouvernement israélien n’ignore pas les conséquences. Car comment un pays privé de recettes peut-il faire fonctionner les services publics qu’il doit à la population ?

Après avoir été admise à l’ONU en tant qu’observateur, la Palestine est désormais adhérente à la CPI. Il sera donc possible de poursuivre et de juger devant un tribunal international les responsables des crimes commis contre ce peuple. Cette décision sera-t-elle suivie d’actes concrets ?


Kanalreunion.com