Edito

Les Réunionnais compétents à La Réunion

J.B. / 27 septembre 2013

Dans le dossier de "L’Express Emploi-Carrière" présenté en page 4, une expression souvent entendue est de nouveau relayée. C’est la nécessité d’attirer outre-mer une main-d’œuvre venue de France pour pallier à un manque de compétences sur place. Pour cela, le secteur public recourt à la sur-rémunération qui « appâte les "métros" » . Quant au secteur privé, ses procédures de recrutement ne sont pas précisées, mais les salaires sont dits plus élevés qu’en France.

La persistance de ce type de préjugé ouvre la porte à toutes sortes de dérives. Car des recruteurs ne se donnent même pas la peine de chercher si la compétence existe bien ou pas dans le territoire. Ils préfèrent l’importer directement.

C’est ainsi qu’une administration est partie chercher du fin fond des Ardennes une ambassadrice à la Coopération régionale dans l’océan Indien. Sitôt nommée, celle-ci avoue clairement sa méconnaissance de notre région. Mais là n’est pas problème selon les partisans de ce procédé, puisqu’elle a les compétences d’après eux. Sauf que là, l’affaire tourne à la caricature.

Car un Réunionnais avait postulé. Il travaille au Conseil général en tant que chargé de mission sur la coopération. Il était jusqu’en 2010 vice-président de la Région, délégué à la Coopération régionale. Auparavant, il avait été plusieurs années secrétaire général de la Commission de l’océan Indien. L’administration peut toujours courir, personne en France n’a jamais été secrétaire général de la COI, ou vice-président de la Région frontalière des pays de l’océan Indien avec qui l’ambassadeur devra travailler.

Pour mettre fin définitivement à ces dérives qui ne favorisent pas l’apaisement, les jeunes de l’AJFER ont rappelé plusieurs propositions au député Lebreton. Tout d’abord, que toutes les offres d’emploi soient obligatoirement diffusées par Pôle Emploi. Ensuite, que Pôle Emploi soit la seule structure habilitée à déterminer si la compétence recherchée existe ou pas à La Réunion. L’employeur ne pourrait donc plus faire venir sa main d’œuvre de l’extérieur, sauf si Pôle Emploi lui remettait un document officiel constatant qu’aucun travailleur à la recherche d’un emploi à La Réunion ne réponde aux compétences demandées.

Ces propositions permettront de stopper les dérives. Car les Réunionnais sont au moins aussi compétents que les travailleurs d’autres pays.

J.B.


Kanalreunion.com