Edito

Les silences assourdissants de l’UMP cachent un malaise

J.B. / 29 juillet 2011

Aïe ! Aïe ! Aïe ! Le nombre de chômeurs repart à la hausse, en France ! Tous les médias commentent cette augmentation comme une mauvaise nouvelle. Ici, à La Réunion, la situation est encore plus grave puisque le taux de chômage réunionnais est 3 fois élevé qu’en France et notre économie est en récession depuis bientôt 2 années.

Pas un mot de l’UMP.

L’année dernière le gouvernement a voté un budget d’austérité qui prévoyait de réaliser une économie de 100 milliards d’euros à récupérer en 3 années budgétaires. L’objectif avoué est de ramener le déficit public de la France sous la barre de 3%. À ce jour, tous les voyants ne sont pas bons à telle enseigne que Mme Lagarde, la nouvelle directrice du FMI, met en doute les capacités de succès du plan français. Elle en connaît un rayon puisqu’elle était encore récemment au gouvernement.

L’UMP est toujours aphone.

Benoist Apparu, secrétaire d’État au Logement, vient en visite dans notre pays. Il est attaqué de toutes parts pour son incapacité à régler le problème de la pénurie de logements. Il trouve même qu’on demande trop d’argent à l’État. Au patronat qui s’inquiète de la récession économique, des fermetures d’entreprises et du coup de rabot sur la défiscalisation, il déclare que « dans chaque niche fiscale, il y a un gros chien ». Dans le registre du mépris, difficile de faire mieux.

L’UMP ne dit rien.

Quant à Didier Robert, il a disparu ; celui-là même qui a demandé aux électrices et électeurs de voter pour lui et il fera mieux que Paul Vergès ! Faudra-t-il bientôt envoyer un avis de recherche sur radio Freedom ? Espérons qu’il n’est parti bat’caré encore ! En 17 mois de gestion, sa crédibilité en a pris un sérieux coup de rabot ! C’est le moment de lui demander des comptes. Il ne peut continuer à charger ces adversaires. Il s’est vanté d’apporter du changement. Pourquoi est-il si silencieux, notre missionnaire pour le gouvernement ?

En fait, ce silence assourdissant de l’UMP est le résultat d’un profond malaise : personne ne souhaite assumer le bilan désastreux de ce gouvernement.

J.B.


Kanalreunion.com