Edito

Les vœux de Maryse Dache rencontrent les projets du PCR

J.B. / 19 décembre 2012

La fin de l’année est propice pour faire un bilan de l’année écoulée. C’est ce qu’a commencé de faire "Témoignages" depuis lundi. C’est aussi l’occasion d’offrir des cadeaux. Mais, le plus important, ce sont les repas qui sont donnés aux plus démunis dont le nombre augmente et la situation se dégrade.

On ne peut s’empêcher de reprendre ici la déclaration faite lundi devant ses invités, les plus démunis, par Maryse Dache. Elle ne se fait guère d’illusion sur l’amélioration de la situation. Mais elle craint pour les bénévoles dont le nombre s’étiole chaque année ainsi que pour les donateurs dont elle constate un certain recul. Sans les bénévoles et les donateurs, toute la chaîne de la solidarité s’effondre.

« D’une année à l’autre, la situation sociale de La Réunion se dégrade et la commune du Port n’est pas épargnée. Le comité se débat comme il peut pour ses bénéficiaires, mais les faiblesses que connaît le secteur social pourraient à terme mettre en péril les activités de l’association.

La baisse continue des emplois aidés depuis 10 ans a été compensée par un engagement important des bénévoles. Mais ces derniers s’épuisent et se renouvellent peu. Ceux qui sont présents, garderont-ils encore longtemps leur motivation ? Le nouveau gouvernement semble vouloir aider les associations, mais les mesures concrètes tardent à venir.

Dans son discours de clôture de la conférence nationale contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault s’est alarmé que la pauvreté progresse de nouveau depuis dix ans, passant de 13% de la population en 2002 à 14% en 2010. À La Réunion, nous avons l’impression que l’alarme ne fonctionne plus avec plus de la moitié de la population vivant dans la pauvreté. Le sans domicile fixe constituant le stade ultime de relégation sociale dont notre société libérale semble vouloir durablement s’accommoder.

Chacun peut méditer tous les jours sur les contradictions criantes de la société réunionnaise. Nous avons besoin avant tout de toutes les bonnes volontés. Si les commerçants ont pu se montrer généreux avec nous depuis la création du comité, il devient de plus en plus difficile à présent d’obtenir leur soutien matériel. En effet, les distributeurs réduisent leurs stocks pour éviter les invendus et par conséquent ils ne disposent plus de produits à donner aux associations.

L’année 2012 a été une année difficile, surtout pour l’unique salariée du comité. Mais nous avons tenu le coup grâce au soutien du Contrat urbain de cohésion sociale (CUCS) de la ville et des autres partenaires comme Inner Wheel. Nous les remercions, comme nous remercions aussi les boulangeries qui nous permettent d’offrir le petit déjeuner aux personnes sans-abri.

En 2012, nous avons aussi poursuivi notre activité de confections de repas avec notre équipe de bénévoles pour plusieurs manifestations, comme Antenne Réunion Tour, Galé goni mémoir nout péi, la semaine créole, les fêtes de la ville… Nous avons pu générer ainsi des recettes supplémentaires qui ont pallié à la baisse des subventions. Nous poursuivrons sans aucun doute ces activités en 2013 ».

Voilà pourquoi le PCR a raison de réclamer la création de 2 grands services publics réunionnais : l’aide à la personne et l’environnement. Avec de tels outils, les problèmes que rencontre Maryse pourront trouver des solutions appropriées…

 J.B. 


Kanalreunion.com