Edito

Mangez, buvez, bougez, 100 % Réunionnais !

J.B. / 24 juillet 2015

La période estivale en France a fécondé la saison intellectuelle. Les cuvées d’universités d’été égayent la saison des rentrées politiques. Une mode qui sied à merveille aux médias people. Au cœur du millésime 2015 : le patriotisme dans les assiettes. C’est la grande trouvaille des dirigeants politiques qui se sont tellement gavés d’ultra-libéralisme qu’ils ont fini par imaginer ce remède miracle pour tenter de désintoxiquer tous les tuyaux, du foie aux méninges ! Le président de la République a sonné la charge. Il a constaté que, dehors, les producteurs inquiets surveillent le menu des banquets !

Pour commencer, goûtons la cuvée souvenir. « Premier janvier 1995 » : la France se fait le chantre du libéralisme en adhérant à l’OMC, l’Organisation Mondiale du Commerce. La quatrième puissance économique mondiale ne pouvait pas rater cette mise en bouche. Ses dirigeants imaginaient les étiquettes Made In France en train d’inonder la planète et les Français se repaître dans une prospérité sans limite. Il y avait Jacques Delors, Pascal Lamy, DSK, Christine Lagarde,…le Made In France des méninges du Marché Unique Mondial. Nous n’en étions qu’au début, ils étaient déjà dans l’ivresse. Ils chantaient tous en chœurs le chant partisan : « A Bas les frontières ! Circulez marchandises et des capitaux ! Liberté, Liberté Chérie ! Depuis 1989, Berlin est tombé. Nous sommes les champions du monde libre ! » Ils inventèrent même une monnaie en 2011 : l’EURO, l’arme de destruction massive qui devait emporter la vieille économie nationale. Enfin, un concurrent sérieux qui allait ringardiser le Dollar. L’ivresse vous dis-je !

Difficile de rivaliser avec la cuvée 2005. Le top de la pensée Made In France. Le peuple rejette un référendum qu’il ne trouve pas a son goût. Amer ! Dégoûtant ! Ca reste en travers la gorge ! Qu’à cela ne tienne. Rien de mieux qu’un refrain inédit pour faire passer un moment difficile : « tu veux ou tu veux pas, tu voudras quand même » ! Les partisans se réunirent en catimini, (en Congrès dans le jargon codé). Le tour était joué. À la manœuvre se trouvait le gratin des parlementaires Droite-Centre-PS qui traditionnellement se jette à la figure des pichets.

Cela fait 10 ans que le peuple est malade après avoir goûtée à la cuvée 2005. Il avait déjà senti que la cuvée 1995 n’était pas bonne. Le Marché Unique lui donnait de l’urticaire. Cette fois, le peuple contrôle l’entrée des banquets et s’est fait inviter aux débats. Après le ministre de l’Agriculture et le Premier ministre, le président est revenu à la charge. Il demande aux collectivités et aux consommateurs français de tourner le dos à l’importation.

Il y a 20 ans, il n’aurait pas tenu ce genre de discours à l’attention des Français. Plus qu’en France, 60 % des Réunionnais ont rejeté le référendum de 2005. Apparemment la cuvée souvenir n’a pas atteint la tête d’une Députée devenue nouvelle égérie de l’importation, alors que la fermeture spectaculaire de la SIB est toujours dans les esprits. Colgate-Palmolive a pensé que sa marge bénéficiaire était meilleure de faire venir de France pour vendre à La Réunion plutôt que produire réunionnais. Depuis 1947, l’intégration d’une économie sous développée dans une économie développée a constitué une zone de libre échange qui siphonne notre marché de production.

Alors, vous aussi participez aux débats. Pour ne pas subir les produits de consommations importés. Mangez, buvez, bougez, 100 % Réunionnais !


Kanalreunion.com