Edito

Marine Le Pen traitée comme une star à La Réunion : illustration de la crise politique

J.B. / 29 novembre 2016

Marine Le Pen est arrivée à La Réunion dimanche. Il est bien connu que l’extrême droite française veut se créer une popularité en stigmatisant les immigrés et les étrangers. La Réunion est un pays uniquement peuplé de descendants d’immigrés. Malgré cela, Marine Le Pen bénéficie d’un large accès aux médias. Elle a ainsi donc pu largement exposé le programme qu’elle compte défendre à l’élection présidentielle. Comme d’habitude, l’extrême droite avance masquée. Hier, au journal télévisé de Réunion Première, Marine Le Pen n’a pas hésité l’ombre d’une seconde à se référer au général De Gaulle pour justifier l’absence de chiffrage des mesures proposées. C’est un comble quand l’histoire rappelle que le général De Gaulle avait pris la tête du combat victorieux pour lutter contre le gouvernement d’extrême droite qui dirigeait la France occupée par les armées nazies. Un gouvernement qui avait d’ailleurs condamné à mort le général De Gaulle.

C’est sur ce manque de connaissance de l’histoire que s’appuie Marine Le Pen. En effet, l’extrême droite est arrivé légalement au pouvoir en France à la suite du vote par les sénateurs et les députés des pleins pouvoirs au Maréchal Pétain. Ensuite, l’extrême droite a déployé un programme aux conséquences désastreuses. À La Réunion, cette période s’est traduite par la pire pénurie de notre histoire. Le taux de mortalité a atteint des records. Il a fallu la lutte des progressistes réunionnais rassemblés dans le CRADS, et celle des communistes réunionnais pour que la situation puisse s’améliorer.

Cette publicité considérable faite à la candidate de l’extrême droite est également révélatrice de la crise politique qui touche La Réunion. Elle est une des déclinaisons d’une crise mondiale qui a permis l’accession au pouvoir de gouvernements aux thèses proches de l’extrême droite en Europe, et de Donald Trump aux États-Unis. La politique est avant tout présentée comme une confrontation de personnes et non plus de programmes, avec en toile de fond une grande importance apportée aux sondages d’opinion qui se font sur des personnalités et pas sur des idées. Cette personnalisation aboutit à cette incroyable tribune offerte à Marine Le Pen, car son idéologie d’extrême droite passe au second plan.

J.B.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Le manque de repère de certaines électeurs accentué par les crises sociales et morales donne des ailes aux mouvements d’extrême droite qui au fil du temps occupent un peu plus le terrain. L’impensable s’est produit à la Réunion. Marine Le Pen, est devenue fréquentable par des notables de l’île. Toutefois, les séquelles laissées par l’extrême droite dans l’histoire ne doivent pas être oubliées. Est -ce que nous pouvons faire confiance aux héritiers de ces ultras qui progressent actuellement dans les sondages avec des arguments trompe œil ? Comme en 1940, faut-il coopérer ou résister. Une minorité de personne pense que l’histoire nous le dira. Nous avons déjà ces réponses : arrivés au pouvoir, ces ultras n’ont que faire de l’intérêt du peuple, mais utilisent la répression pour le dominer. Non, nous n’attendrons pas le 18 juin 2017 pour appeler à la résistance. Il est hors de question de soumission et de collaborer avec eux pour dresser une partie du peuple contre le peuple. L’appel à la résistance doit ce faire aujourd’hui, afin de barrer la route à ces apprentis sorcières qui menacent notre cohésion sociale et la solidarité nationale.
    Michel M

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com