Edito

Mayotte : des centaines de morts « dans l’indifférence de la communauté internationale »

J.B. / 26 septembre 2016

La semaine dernière, la question des migrations était à l’ordre du jour de l’Assemblée générale de l’ONU. Le président des Comores est parmi les dirigeants celui qui a évoqué cette question. Voici un extrait de son discours :

« Dans mon propre pays, l’Union des Comores, dont la souveraineté a été reconnue ici même depuis 1975 sur un ensemble de quatre iles, il y a évidemment, comme dans les autres pays, des mouvements de la population qui s’effectuent à l’intérieur des iles et entre elles, y compris l’Ile de Mayotte, encore sous Administration française.

Ces déplacements pour visiter la famille, assister à un mariage, à l’enterrement d’un proche ou pour toute autre raison, se transforment hélas, en drame au quotidien, et causent chaque année, chaque mois, des centaines de morts parmi nos concitoyens, dans le bras de mer entre les trois iles et Mayotte, dans l’indifférence de la communauté internationale.

Ainsi, Mesdames et Messieurs, la question de l’île comorienne de Mayotte, bien connue de cette assemblée qui lui a consacré pas moins de 15 résolutions depuis 1977, reste toujours d’actualité en 2016.

Nous espérons qu’avec votre soutien multiforme, une solution viable sera trouvée en parfaite harmonie entre les Comores et la France, deux pays qui ont un contentieux mais qui sont pourtant restés, deux pays restés amis et partenaires de longue date.

Je suis convaincu que le dialogue que j’ai initié avec le Président Chirac en 2005, poursuivi depuis par les Gouvernements comoriens et français successifs, aboutira à une solution de ce contentieux désagréable entre amis et partenaires.

C’est par un dialogue franc, intelligent et respectueux des intérêts des uns et des autres et surtout conforme au Droit International, que nous parviendrons à épargner aux jeunes générations de comoriens et de franco-comoriens, une situation sans issue et les préserver ainsi de la radicalisation et de l’extrémisme qui minent et déstabilisent de nombreuses régions du monde. »

Des phénomènes mondiaux ont des conséquences dans notre région, notamment la démographie. L’archipel des Comores va connaître une importante hausse de sa population au cours des prochaines décennies. Mayotte à elle seule comptera près de 500.000 habitants dans 35 ans. Cette hausse de la population va encore exacerber les tensions nées du refus de la France de reconnaître le résultat du référendum d’autodétermination qu’elle avait pourtant elle-même organisé en 1974. Une des conséquences est entre Anjouan et Mayotte. C’est là que se situe aujourd’hui un des plus grands cimetières marins du monde, « dans l’indifférence de la communauté internationale ». Avec la croissance de la population dans l’archipel, combien de personnes vont-elles encore se noyer si le statu quo persiste ?

J.B.


Kanalreunion.com