Edito

Mensonges et illusions : quand Didier Robert cultive l’ignorance

Témoignages.re / 8 décembre 2011

Route du littoral, Rocade du Tampon, incendie du Maïdo… 3 illustrations comme 3 cartes postales pour illustrer « mensonges et illusions » chez Didier Robert. On aurait pu citer encore d’autres, comme les 3.000 bus promis, mais qui ne seront jamais réalisés.

La conséquence de cette pratique, c’est de maintenir la population dans l’ignorance pour mieux s’en servir et mieux l’assouvir.

Cet homme est un dirigeant de l’UMP. Pas une seule fois, il a expliqué aux Réunionnais ce qui se passe actuellement. Dans les médias, le sujet principal c’est la crise mondiale et ses conséquences en Europe. La France est menacée de perdre les 3 A et Fillon menace les Collectivités qui s’endettent et finissent par aggraver la dette publique. Est-ce que La Réunion est un sanctuaire protégé des soubresauts du monde ? À minima, nous vivons aussi aux rythmes de l’Europe, de la France et de ses Collectivités.

Combien de fois n’a-t-on pas entendu qu’il est diplômé de sciences politiques ? Pourquoi notre expert péi est-il si silencieux ?

Le mensonge s’entretient par action et par omission. Ne rien dire alors que toute la planète brûle avec la crise ou dire que le Dash 8 est impossible quand Maïdo brûle, ce sont 2 postures d’un même personnage, dont la ligne de conduite, c’est d’entretenir la population dans l’ignorance et les illusions. Sauf que les illusions se cassent la gueule sur la réalité.

Prenons le cas de la crise. Fillon rappelle avoir dit qu’en 2007 qu’il était à la tête d’un État en faillite. Sarkozy profite pour doubler son salaire personnel et distribuer 14 milliards aux plus riches. Il s’achète même un avion. Quand la crise du surendettement des ménages américains a embrasé la planète, les banquiers ont fait appel aux gouvernements nationaux. Sarkozy était trop pressé de vider le bas de laine de la France au lieu de renvoyer les banquiers à leur propre responsabilité.

Didier Robert fait exactement la même chose. Il a bénéficié d’un matelas d’argent épargné sous la mandature Vergès. Il distribue à tout va. Il voyage. Il fait la fête. Il perçoit des revenus d’élu : président de Région, de président de la CCSud ; il s’est octroyé une paye de 8.000 euros de la SPLA.
Avec un cumul de revenus qui voisinent ceux de Sarkozy, il entretient l’illusion qu’il n’y a pas la crise. À tout le moins, la crise c’est pour les autres, mais pas pour lui, qui fait « la politique autrement ». Et, comptez sur lui pour distribuer encore des millions et des millions, dans les jours qui viennent. Fillon peut menacer les Collectivités, Baroin peut appeler au secours, il ne dit rien, mais continue à claquer des millions au casino des dépensiers publics.

Son silence n’est pas un hasard. En maintenant sciemment la population dans l’ignorance de la vie politique réelle, il ment : c’est-à-dire qu’il ne dit pas la vérité. Le danger de mentir par omission et d’entretenir des illusions conduit à ce qu’un jour le réveil risque d’être douloureux. C’est comme si à l’arrivée imminente d’un cyclone dévastateur, le dirigeant politique fait la fête et distribue des cadeaux, au lieu d’informer, prévenir et responsabiliser.

J.B.


Kanalreunion.com