Edito

Nana i koz, nou ni fé !

LB / 21 janvier 2010

Après la visite de Nicolas Sarkozy, ses deux interventions publiques et les événements ou non-événements qui ont marqué ce bref séjour du chef de l’État à La Réunion, ce que disent le plus souvent les Réunionnais est ceci :
dans ses discours, il a donné raison — comme aucun président de la République ne l’a jamais fait depuis 50 ans — à de très nombreuses idées défendues par le PCR et ses amis dans l’intérêt de leur pays ; des idées combattues parfois de façon totalitaire par le pouvoir parisien et ses relais "péi".
Qu’en pensent ces derniers aujourd’hui ? Vont-ils dénoncer le chef de l’État ou bien agir concrètement afin que chaque Réunionnais puisse réellement « prendre en main son destin et celui de son territoire » afin que « les choses changent vite »… ? On en connaît la réponse !

Tout le monde a noté que Nicolas Sarkozy n’a rien dit sur le calendrier de mise en application des mesures promises après le Conseil interministériel de l’Outre-mer du 6 novembre, notamment sur le respect du droit à l’emploi et au logement des Réunionnais, sur la cherté de la vie et les revenus des plus pauvres etc. Il s’est contenté de promettre la réalisation de ces promesses, en dénonçant « l’immobilisme et le conservatisme », sans préciser quand et comment ceux-ci seraient mis en cause.
Les amis politiques du chef de l’État, qui sont à la base de ces « blocages » (voir la rocade du Tampon), sont souvent des “assistés de luxe”. Vont-ils se remettre en question ? Là aussi on en connaît la réponse !

La semaine dernière et durant cette visite, de nombreux Réunionnais ont fait connaître leurs exigences pour en finir avec les graves injustices qui frappent une grande partie de la population : les organisations solidaires des personnes âgées, l’Alliance des jeunes pour la formation et l’emploi à La Réunion, les ex-salariés de l’ARAST, l’Alliance des réunionnais contre la pauvreté, des syndicats. Les réponses officielles à ces exigences ont été : pas d’audience, pas de réponse, ou carrément la répression violente.
Eh bien la réponse des Réunionnais à ces comportements d’un autre temps est également connue : la mobilisation dans l’union continue et, le 14 mars, nous allons voter pour l’Alliance, qui travaille avec tout le monde afin de faire avancer sur le terrain les solutions réunionnaises aux problèmes réunionnais. Nana i koz, nou ni fé !

L. B.


Kanalreunion.com