Edito

Nassimah, l’autre visage de la République

Geoffroy Géraud-Legros / 1er avril 2011

Dans les officines parisiennes de l’UMP, on ne sait plus quel stratagème inventer pour courtiser l’opinion fasciste, dont les médias affirment à cor et à cri qu’elle fera l’élection présidentielle de 2012. Après les débats visqueux sur la nationalité, les interdictions répétées de signes d’appartenance religieuse, les rafles de sans papiers et de Roms, voici maintenant le retour de « débats » qui, à travers des énoncés neutres – la « laïcité »- ciblent directement l’Islam, secondre religion pratiquée en France hexagonale.
A la remorque d’une Marine le Pen qui compare la Mosquée de la rue Polonceau dans le 18e arrondissement de Paris aux Kommandantur de l’occupation, les caciques du sarkozisme se donnent beaucoup de mal pour faire croire au bon peuple que la religion du prophète est un nouveau totalitarisme et que la défiance envers les Musulmans doit éclipser les problèmes matériels de la population.

La Réunion tranche dans l’uniforme brunissant dont le pouvoir recouvre les débats politiques, sociaux et culturels. Dans notre île, une majorité écrasante de conseillers généraux vient de ré-élire une femme, musulmane, Réunionnaise d’origine indienne à la présidence de l’Assemblée départementale : un camouflet à la réduction aux origines et à la couleur que tentent d’opposer la clique qui règne à l’Elysée, contre près d’un siècle de tradition républicaine.
Chapeau bas, Madame Dindar ! Non seulement vous offrez à la République un visage plus à la hauteur de ses idéaux que la Marianne abimée par les sbires de la droite dure, mais vous présentez aussi une image d’intelligence, de force et de ténacité qui honore les femmes de La Réunion.

Car il vous a fallu du cran pour affronter Jean-Louis Lagourgue, dont l’auteur de ces lignes connaît bien les méthodes. Il vous a fallu une intelligence tactique remarquable, pour esquiver les pièges que n’ont cessé de vous tendre vos adversaires. Il vous a fallu des nerfs d’acier pour encaisser les manipulations, les chausse-trappe et la mascarade de l’ARAST. Il vous a fallu une conscience réunionnaise à fleur de peau, pour rappeler du tac-au-tac au Préfet le plus colonialiste de ces 50 dernières années que vous étiez une élue et non une bougnoule de la République. Votre élection, hier, est plus qu’une étape de la vie politique : elle est un message envoyé par les Réunionnais à tous ceux qui entendent borner la vie politique et intellectuelle aux horizons ethniques ou religieux.

G.G.-L


Kanalreunion.com