Edito

Ne nous laissons pas assimiler

Geoffroy Géraud-Legros / 19 août 2010

Un véhicule de police absurdement en patrouille dans une rue piétonne où l’on se presse pour les derniers achats de rentrée, au moment où 4.000 fidèles sortent de la mosquée, le premier vendredi de ramadan. Des passants bousculés, des policiers ombrageux qui cognent avant de parler, arrêtent sommairement un homme, sortent les tasers et arrosent la foule de lacrymogènes.
L’évènement a tout de la bavure ; mais il prend un sens bien plus profond en ces temps ou l’obsession sécuritaire s’impose sous la forme d’un véritable système.
Course à la “flexibilité”, coupes dans les dépenses sociales, aide à la destruction d’emplois : ces choix politiques font du pouvoir le premier responsable de la montée du chômage et de la précarité, terreau de toutes les violences. À cette décomposition bien réelle des rapports humains, les gouvernants opposent une répression chaque jour plus brutale... qui ne résout rien et ne convainc pas la population. Le glissement vers le tout sécuritaire s’accompagne de la stigmatisation de groupes entiers, dont les gens du voyage et les Musulmans de France sont les premiers à faire les frais.
En France continentale, obsession du chiffre et du faciès conditionnent le comportement des forces de l’ordre, dont certains représentants se sentent au-dessus des lois républicaines qu’ils sont censés faire respecter. Et c’est bien ce contexte qui pèse sur les causes et les conséquences de l’arrestation musclée d’Habdul-Hack Juan.
La réaction manifestement disproportionnée des policiers rue Maréchal Leclerc — tire-t-on les armes et les lacrymos en plein centre-ville simplement parce que le ton monte ? — est couverte avec arrogance par la hiérarchie policière. Les déclarations du commissaire divisionnaire, qui associent « naturellement » ramadan et risque de troubles montrent en outre que les préjugés ne sont pas étrangers à l’affaire. Bref, la tension sécuritaire et raciale imposée par le gouvernement à 10.000 kilomètres produit ses effets dans notre île. Et il suffit de jeter un œil à l’Internet pour voir que BON nombre de ceux qui relaient cette haine d’importation ne connaissent ni ne respectent la culture et la société réunionnaises. Comment réagir ? “Casser du flic” ne servirait de rien. C’est la greffe de tout un système étranger à nos valeurs qu’il nous faut rejeter.

G.G.-L.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • tu te trompes pour le coup, geoffroy.

    le fils de la présidente a passé 4 heures en face à face en commissariat (je te laisse deviner la raison) et il ne serait pas absurde que sa mère ait pu faire jouer ses relations afin de l’aider à se sortir de ce mauvais pas...mais si cela peut fonctionner une fois, cela a peu de chance de fonctionner une deuxième fois..surtout à 15 jours d’intervalle..

    le rejeton au vu de cette première "immunité", s’est cru "untouchable"..

    tout le reste n’est que manipulation de la part de certains (de sa mère) et l’on s’étonne (mais à moitié) du silence de la Préf et de Nassimah Dindar sur cette première convocation et ses motifs..

    Il ne faut donc pas monter en épingle anti sarko et anti sécurité, ce qui relève du comportement stupide de ce jeune homme...sauf à vouloir être irresponsable en tant que journaliste.

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Mr Géraud-Legros , il est à noter que votre clairvoyance quant à la situation politique à La Réunion et dans l’Hexagone dérange certains.
    Dire que vous vous trompez relève d’une mauvaise foi évidente qui à ce stade n’est plus à considérer comme de la naïveté, mais à placer au niveau de l’hypocrisie.

    A supposer que Mr Habdul-Hack Juan, soit intervenu grossièrement envers les forces de l’ordre, se croyant intouchable. Et même si aucun témoignages ne va dans ce sens ; supposons-le un instant.. Serait-ce une raison pour sortir les armes et asperger la foule de lacrymogènes ? Serait-ce une raison pour intervenir avec brutalité et irrespect devant un lieu de culte ? Serait-ce enfin , une raison pour incriminer les musulmans en affirmant que la période de ramadan est propice à créer des tensions ?

    Ces policiers sont simplement intervenus comme ils l’auraient fait dans l’Hexagone, avec le contexte politique actuel qui vise à stigmatiser les musulmans et autres "étrangers".

    Le problème étant qu’à La Réunion la situation est différente. Il y a sur cette île une tolérance entre les diverses religions, un "savoir vivre ensemble" qui n’existe pas en Hexagone. Si certains en France se laissent bluffer par une politique honteuse visant à diviser ( pour mieux régner..), le contexte réunionnais est tel que la politique sarkozyste peut difficilement s’appliquer. Si la communauté musulmane de La Réunion est touchée, c’est l’intégralité du peuple réunionnais qui est concerné. Et non pas les "étrangers" ou derniers arrivés comme en France Hexagonale.

    Attention, car les réunionnais ne sont pas français "de souches", ils font partis des derniers arrivés eux aussi.. Aujourd’hui les musulmans et les roms , et demain les départements d’outre-mer ?

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • a DU LAUNAY

    Vs écrivez "et il ne serait pas absurde que sa mère ait pu faire jouer ses relations afin de l’aider à se sortir de ce mauvais pas...mais si cela peut fonctionner une fois, cela a peu de chance de fonctionner une deuxième fois..surtout à 15 jours d’intervalle.."

    vs accuser la police de corruption ?!!

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com