Edito

Ne pas laisser passer les mensonges anti-communistes

J.B. / 30 octobre 2014

Les Communistes auraient tort de laisser des détracteurs salir le combat du PCR pour les Droits fondamentaux. Aucun parti politique n’a fait autant que nous pour faire respecter l’être Réunionnais. L’absence d’enseignement de l’histoire de La Réunion conduit à ce que des générations entières connaissent peu de chose de nos combats pour que vivent la liberté, l’égalité et la dignité des Réunionnais. Sur l’océan de l’ignorance flotte le parfum des années passées porté par les médias complaisants.

La confusion est tellement bien entretenue que nous avons même vu à la manifestation organisée par la Région devant la préfecture la falsification de l’Histoire sous forme de slogan : « Nou lé pa plus nou lé pa moin ». Or, ceci provient d’ une phrase tirée d’un discours du jeune Député Communiste Laurent Vergès qui dénonçait le refus de l’application de l’égalité depuis 1946, considérant que c’était un acte colonial et que cela avait assez duré. La phrase exacte prononcée à l’Assemblée nationale est : « Nou lé pa plis, nou lé pa moin, respek a nou ». Les responsables de ce racisme sont tous les grands partis au pouvoir à Paris, surtout la droite locale qui s’autoproclamait « départementaliste » et se faisait la complice du refus de verser aux Réunionnais et leur famille leurs Droits élémentaires. Ce sont les Communistes qui ont libéré les Réunionnais d’un demi siècle de souffrance.

Sur un autre registre, une grande partie des Réunionnais considère que les Américains sont des exemples de démocratie et de liberté. Nos lecteurs savent que c’est faux mais les médias répercutent des mensonges sans aucun discernement. Quand ce n’est pas le silence, tout simplement. En voici, un exemple. Avant-hier, le 28 octobre, l’Assemblée Générale de l’ONU a adopté la résolution suivante : « Nécessité de lever le blocus économique, commercial et financier exercé contre Cuba par les États-Unis d’Amérique ». Le texte a obtenu 188 voix sur 193 membres. La différence est de 5 voix, celles des États-Unis et de Israël qui ont voté contre, et 3 abstentions : les îles Marshall, Micronésie et Palau. Malgré cette sanction directe et franche, les États-Unis ne feront rien.

C’est la 23e fois que les États-Unis sont condamnés mais c’est la première fois que la communauté internationale se prononce aussi clairement et quasiment à l’unanimité contre cette décision unilatérale d’un pays, totalement contraire au respect des Droits des peuples à vivre libres. Le blocus, cette sanction suprême, dure depuis un demi siècle ; aucun gouvernement démocrate ou républicain n’a fait la moindre avancée. Pendant ce temps, c’est Obama qui donne des leçons de démocratie partout dans le monde, n’hésitant pas à faire la guerre pour imposer son point de vue.
Ce modèle est vénéré par les détracteurs des Communistes.


Kanalreunion.com