Edito

Négociation sociale : les syndicats signataires trompent les travailleurs

J.B. / 15 janvier 2013

Le MEDEF n’a pas tardé à saluer l’accord qu’il a signé avec 3 syndicats qui conduira au démantèlement de la protection sociale des travailleurs. Bien entendu, tout ça, c’est pour le bonheur des travailleurs et de l’emploi. Le gouvernement a déjà dit tout le bien qu’il pensait de ce texte. Qu’en est-il exactement ?

Le conseiller spécial de Sarkozy pour les affaires sociales, Raymond Soubié, déclare dans le Figaro que « c’est un bon accord et une négociation réussie ». Il l’illustre par les commentaires suivants : « les salariés bénéficieront certes de nouveaux droits... mais qui n’instituent pas un continium du parcours professionnel. Au final, le texte négocié ne règle pas tout pour les salariés même s’il comporte de réelles avancées ». Cela veut dire clairement que les travailleurs se sont fait avoir.

A la question de savoir si « cet accord permettra de créer des emplois ? » Il répond sans ambages qu’« on ne le saura que plus tard, car la flexibilité pour les entreprises n’est pas la seule donnée du problème ». Et pourtant, tout l’accord était conditionné à la relance de la croissance et à la création d’emploi. Les travailleurs qui font confiance aux syndicats qui ont signé apprécieront cette autre remarque de Raymond Soubié : « le texte auquel sont parvenus les partenaires est au final un formidable pari sur l’avenir dont nul ne peut dire, à ce stade, à quel point il sera payant ou non ».

En clair, l’ancien serviteur de Sarkozy n’a aucune assurance sur l’emploi, car tel n’est pas l’objectif des signataires. A l’étranger, le "Wall Street Journal" pense la même chose quand il écrit : « les employeurs français gagnent une nouvelle flexibilité du travail. Mais, il n’est pas certain que l’accord crée des emplois à court terme »

Voilà comment des syndicats sont devenus des adversaires de la cause des travailleurs dont ils étaient sensés défendre les intérêts. On comprend que le MEDEF et la droite exultent. Il ne reste plus aux travailleurs que de faire appel au rempart parlementaire pour sauver les acquis sociaux arrachés par nos aînés.

J.B.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • La CFDT trahie depuis des années les ouvriers !à ce n’est pas nouveau ! mais a voir les réactions du MEDEF il faut en avoir une couche pour ne pas s’apercevoir que cet " accord " est un " accord " pour le patronat et non pour les ouvriers ! mais le pire c’est qu’il est approuvé par le Président de la république le parti " SOCIALISTE " ! et toutes la droite ! la gauche au pouvoir démontre que les électeurs qui disent que gauche ou droite c’est pareil ont un bon argument pour les prochaines échances électorales ! depuis 7 mois les mauvaises nouvelles pour les Français ce sont accumulées ! Hollande recul sur toutes ses promesses, il a fait des cadeaux aux Medef et à Merkel, le CAC 40 ne c’est jamais aussi bien porté depuis son élection, le chomage n’a pas ralenti, au contraire il augmente de mois en mois, les salaires et les retraites régressent, le cout de la vie augmente de jour en jour, si c’est ça la gauche il fallait mieux garder sarkozy , lui ont savait qu’il menait une politique pour les riches mais de là ce faire élire à gauche et faire une politique de droite c’est pire !

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Sécurisation de l’emploi ou augmentation de la précarité ? c’est cela le dialogue social ? J’espère que les parlementaires dialogueront diffremment....

    Article
    Un message, un commentaire ?






  • Je suis d’accord avec votre dénonciation de cet accord qui consacre à une remise en cause dramatique des droits et acquis des travailleurs. Mais comment pouvez-vous terminer votre article en ne proposant aux salariés agresssé que la perspective "de faire appel au rempart parlementaire" puisqu’à l’issue de ces négociations, Hollande et le PS se sont réjouis de ce résultat du "dialogue social".
    Comptez-vous sur les parlementaires godillots du PS pour dénoncer cette forfaiture ? Allons !
    Ce qu’il faut dire au contraire, c’est que rien n’est perdu pour les travailleurs et qu’il leur reste la grève et les manifestations de rue pour expédier ce sale projet... à la poubelle !

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com