Edito

Nos "éspèrkui" de l’Histoire se moquent de Sarkozy

LB / 9 décembre 2009

Le président de la République va conduire la délégation française qui se rendra la semaine prochaine au Sommet mondial de Copenhague sur le climat. Mais quelle sera la contribution des responsables de son parti à La Réunion pour aider le chef de l’État à apporter les meilleures solutions à la grave crise globale (économique, alimentaire, écologique etc…) qui menace l’humanité ?
Voyons déjà comment ils se comportent, depuis qu’ils ont des responsabilités politiques, à l’égard des multiples crises qui frappent les Réunionnais. Qu’ont-ils réalisé dans le passé et que font-ils aujourd’hui pour répondre aux besoins de la population réunionnaise, notamment la plus pauvre ?

Eh bien, depuis 40 ans, Jean-Paul Virapoullé n’a rien fait d’autre que de combattre toutes les propositions et actions de son ennemi principal pour la démocratie, la justice sociale, la préservation de notre environnement, le respect de notre identité culturelle, le co-développement régional etc. Et depuis que son bras droit (ou son sponsor), Didier Robert, a à son tour obtenu des postes d’élu et de responsable politique, qu’a-t-il fait d’autre ?
Quel est le bilan réel de l’un et de l’autre en matière de lutte contre la pauvreté et contre les effets du réchauffement climatique à La Réunion ? Et ne parlons pas de ce que ces dirigeants locaux de l’UMP ont fait pour que les Réunionnais soient fiers de leur culture et de leurs ancêtres qui ont résisté à toutes les formes d’oppression durant l’esclavage, l’engagisme et la colonisation : zéro kalbass !

Quel est le résultat du travail de Messieurs Virapoullé et Robert susceptible d’enrichir la réflexion à Copenhague ? En d’autres termes, à quoi et à qui ont servi les pouvoirs qu’ils ont reçus du peuple ou qu’ils se sont accaparés, sinon à combattre les projets pour le développement durable partagés par l’État et les collectivités réunionnaises ?
Lorsqu’ils vont se réunir dimanche prochain, vont-ils présenter des propositions supérieures à celles de leurs adversaires ou prouver, comme l’a dit Vira lui-même, que leur parti « n’a pas de pensée politique » ? Finalement, c’est au pied de la crise que l’on reconnaît des personnes compétentes et dévouées au service de l’intérêt général ; quant à nos "éspèrkui" de l’Histoire, ils se moquent de Sarkozy et de La Réunion.

L. B.


Kanalreunion.com