Edito

Notre seconde responsabilité

LB / 19 novembre 2009

Au moment où les militantes et militants communistes réunionnais(es) préparent activement dans toute l’île la mobilisation pour l’Assemblée générale de leur parti dimanche à La Possession, comme promis, "Témoignages" continue à proposer ses réflexions sur un des objectifs essentiels de cette rencontre : en faire un pas de plus vers la responsabilité de notre peuple dans son pays. Hier, nous avons mis l’accent sur un premier aspect du contenu de cette responsabilité : le droit des Réunionnais d’avoir les moyens de décider par eux-mêmes et pour eux-mêmes tout ce qui les concerne.
Aujourd’hui, nous voudrions évoquer en quelques lignes un second axe du combat pour l’émancipation du peuple réunionnais : le respect de la démocratie. En effet, comme l’a souligné le 6ème Congrès du PCR en mai dernier, ces 50 dernières années ont notamment été marquées par des violations constantes des règles démocratiques à La Réunion.

Ces violations inacceptables ont notamment été illustrées par les fraudes électorales, massives et violentes, voire criminelles, généralement organisées ou soutenues par l’appareil d’État, aussi bien administratif que judiciaire. Elles se sont traduites ensuite dans la politique injuste et discriminatoire menée par les différents gouvernements et dont la majorité des Réunionnais paient encore très cher les effets.
Parmi les atteintes à la démocratie, il faut également citer le non respect de la liberté d’expression et du droit à l’information. Le pouvoir médiatique dominant a toujours été complice du pouvoir économique et politique, et aujourd’hui se multiplient encore les tentatives de mettre le service public d’information aux ordres du gouverneur.

La démocratie politique est inséparable de la démocratie sociale, autrement dit de la cohésion sociale, comme du respect de notre identité culturelle. C’est pourquoi le PCR dénonce tout ce qui divise et fragilise la société réunionnaise.
Au nom de la démocratie, il faut également en finir avec les attaques des personnes. Comment oublier les deux tentatives d’assassinat contre Paul Vergès lorsqu’on continue de lire et d’entendre chaque jour les insultes, les calomnies et les menaces des ultra-réactionnaires contre le président de la Région ? Non aux polémiques méprisantes et néfastes, oui ou débat démocratique pour libérer La Réunion !

L. B.


Kanalreunion.com