Edito

Nouveau mensonge de Sarko

LB / 25 juin 2011

Avant-hier matin, l’Alliance des Réunionnais contre la pauvreté (ARCP) et l’Alliance des jeunes pour la formation et l’emploi à La Réunion (AJFER) ont mené une action très importante auprès du directeur du Pôle emploi à Saint-Denis et cette action a débouché sur des informations essentielles concernant les problèmes les plus cruciaux de notre société. Ces informations ont été aussitôt transmises par un communiqué à tous les médias, qui avaient d’ailleurs été invités à cette rencontre.
Quelles sont les radios et télévisions qui ont parlé jeudi soir ou hier de cet événement capital… ? Quels journaux en ont parlé hier… ? Nous vous laissons juges de ce non-respect du droit à l’information des Réunionnais sur les questions fondamentales pour construire eux-mêmes une société équitable.

En effet, parmi les chiffres accablants livrés par le directeur du Pôle emploi et rendus publics par deux mouvements populaires réunionnais (voir "Témoignages" d’hier en pages une et quatre), nous en rappellerons juste ceux-ci : sur les 115.900 Réunionnais demandeurs d’emploi de catégorie A (immédiatement disponibles) recensés à la fin 2010, seulement 50.000 sont qualifiés "de longue durée" selon l’État, dont seulement 30.000 sont reconnus par l’État comme concernés par le droit à une formation qualifiante ou à un emploi, et seulement … 580 ont eu droit à une formation ces trois derniers mois. Et zéro kalbass pour le droit à l’emploi.
Ces chiffres sont d’autant plus terribles que le chiffre total de Réunionnais demandeurs d’emploi (toutes catégories) était déjà de 146.000 à la fin 2010 et qu’il n’a cessé d’augmenter ces derniers mois. Notamment en raison de la casse des grands projets réunionnais par le patron UMP du Conseil régional.

Cette politique, aux effets dramatiques quotidiens pour des centaines de milliers de Réunionnais jetés sous le seuil de la pauvreté, doit être combattue de toutes nos forces et abolie après les prochaines échéances électorales. Surtout quand on connaît que l’État peut disposer des moyens pour respecter le droit fondamental de tous les Réunionnais à la formation et à l’emploi.
Pour cela, il faut notamment une répartition plus juste des crédits publics, avec un arrêt des pillages et gaspillages des richesses par les plus fortunés. C’est ainsi que l’on pourra en finir avec le nouveau mensonge de Sarko, qui nous avait promis le 10 février dernier « de faire recevoir dans les trois mois tous les chômeurs de longue durée et de (leur) proposer soit une formation qualifiante, soit un emploi »… Ousa i lé ?

L. B.


Kanalreunion.com