Edito

Nouvelles révélations d’Edward Snowden

J.B. / 30 décembre 2014

Avec l’accroissement des échanges par informatique, ce support est devenu le lieu d’affrontements pour sa prise de contrôle. Sur ce point, les Etats-Unis ont une position particulière. La création de l’Internet est en effet le résultat d’une décision de l’armée US. Elle cherchait à créer un protocole de communication permettant à son système de communication de continuer à fonctionner malgré une défaillance majeure dans un point précis. Ce type de réseau s’est ensuite étendu dans les centres de recherche US avant d’aller vers le monde.
Les Etats-Unis sont également restés en Occident les principaux fournisseurs des systèmes d’exploitation, les logiciels indispensables au fonctionnement des ordinateurs. Ils fabriquent également des infrastructures indispensables à la circulation des informations : serveurs, routeurs, câbles transocéaniques.

Pas étonnant que les espions US utilisent ce support pour infiltrer même leurs alliés. Edward Snowden avait révélé l’ampleur du scandale. Réfugié en Russie, il continue d’informer sur les méthodes du gouvernement d’Obama.
C’est ainsi que ces dernières années ont été marquées par la progression fulgurante du commerce électronique. En cette période de Fêtes, nombreux sont ceux qui n’ont pas hésité à faire des achats par correspondance. Mis en confiance par l’adresse commençant par https et l’image du petit cadenas sur l’écran du téléphone ou de l’ordinateur, ils donnent leurs codes bancaires et des informations sur leur vie privée : adresse, âge, etc.

Des informations sensibles bien en sécurité ? Détrompez-vous, cela fait longtemps que les espions d’Obama arrivent à craquer le code. En 2012, la NSA se fixait comme objectif d’intercepter 10 millions de transaction en https: votre vie privée et vos informations bancaires n’ont plus de secret pour la NSA !
Les particuliers ne sont pas les seuls concernés. Les entreprises mettent au point souvent à prix d’or des réseaux sécurisés transitant par Internet : les VPN ou réseaux privés virtuels. C’est la métaphore du tunnel étanche aux intrusions dans lequel circulent des informations hautement confidentielles. Là aussi, c’est devenu un jeu d’enfant pour les espions d’Obama et ils y mettent les moyens : un département de la NSA a pour tâche de s’introduire sur ces réseaux internes aux entreprises.

Mais les espions d’Obama sont pris au dépourvu quand il est question d’un système de cryptage Open source, le PGP. Vieux de plus de 20 ans, Pretty Good Privacy lancé par Phil Zimmermann résiste encore à la force de la NSA. N’est-ce pas lié au fait qu’il soit justement Open source, sous le label OpenPGP, soit une connaissance partagée et améliorée en temps réel par des milliers de contributeurs, souvent bénévoles ?


Kanalreunion.com