Edito

Obama doit arrêter cette escalade

J.B. / 9 août 2014

Obama avait la sympathie du monde entier lorsqu’il faisait campagne électorale pour son premier mandat. Succédant à Georges Bush, on lui trouvait beaucoup de qualité, même la couleur de la peau était pris en compte. Imaginez : il avait promis de fermer la base de Guantanamo, à Cuba, et annoncé son soutien à la création d’un Etat Palestinien ! Enfin !
Un mandat est passé : rien ! Au deuxième mandat, on découvre, en réalité, un va-t-en-guerre.

Au lendemain de l’effondrement de l’URSS, les Etats Unis et l’Europe ont poussé leur avantage jusqu’à créer un marché unique mondial. Mal leur a pris : de nouvelles puissances ont émergé. Un monde multipolaire est en train de naître. Le mouvement remet en cause le leadership américain et la gouvernance mondiale, dont les attributs sont le dollar, le FMI, la Banque Mondiale, l’OTAN, l’ONU. Même l’Europe s’y est mise, en tentant d’unir le continent et en créant une monnaie. L’euro est une brèche dans la domination sans partage du dollar. Aucun président américain n’accepte cette insulte car cela ouvre la porte à l’idée d’une monnaie de change internationale, libre et stable.
Les BRICS avancent à grands pas, en entrainant au passage, l’Argentine ! En plus, ils signent des tas d’accords entre eux. Les Etats Unis et l’Europe sont out !

Imaginez la fureur d’Obama ! Il s’en prend à la Russie, considérée comme tête de pont de cet affront concerté. Il est vrai que Poutine était venu faire la tournée des popotes en Amérique Latine, suivi du président chinois. Cette balade chez Fidel Castro était une insulte de plus. Le vase était déjà à ras bord avec l’asile accordé à Snowden, ce qui lui permet de distiller tous les secrets sur les grandes oreilles du NSA. Mettez-vous à la place d’Obama qui n’arrive pas à faire comprendre à Poutine qu’il faut « larguer » son espion.

C’est un président américain aux abois qui utilise encore ses dernières cartouches pour faire du mal alors qu’il n’est plus crédible. La fuite de leurs diplomates en Libye est une véritable honte. En Irak, il est obligé de revenir avec des bombardements. Israël ne l’écoute plus et bombarde Gaza sans vergogne. Alors, il se défoule sur la Russie : blocus économiques, menaces navales en Mer Noire, dénonciation de l’accord Iran-Russie. Que fait la Russie ? Elle retourne la sanction contre les pays qui l’accablent. L’Europe n’est pas contente, et menace encore plus... Cette escalade est extrêmement dangereuse. On sait quand ça commence. Personne ne sait quand et comment s’arrêter. Personne ne pourra supporter un an de blocus économique dans une monde interdépendant. Obama stop.

J.B.


Kanalreunion.com