Edito

Obama se ridiculise

J.B. / 23 juillet 2014

Hier, nous avons noté combien les Occidentaux, Etats Unis et Union Européenne, étaient pris à leur propre piège, en Ukraine. Le même jour, les Ukrainiens de l’Est sont apparus comme les vrais interlocuteurs de la communauté mondiale, reléguant le gouvernement de Kiev à un rôle subalterne. Le Chef de la Maison Blanche tentait d’exister en commentant l’actualité et en se montrant menaçant. L’un et l’autre n’ont produit aucun apport concret aux règlements des problèmes réels.

Par contre, les autorités locales ont remis les « boîtes noires » de l’avion aux responsables malaisiens, et les corps des victimes aux représentants des Pays-Bas, le pays qui a subi la plus grosse perte. Dans les 2 cas, les enquêteurs ont souligné le bon état du matériel ou la bonne conservation des corps réfrigérés. Ce dernier point est essentiel pour identifier les défunts.

Reste maintenant à effectuer le gros travail d’enquête pour déterminer les causes réelles de la catastrophe ainsi que les responsabilités. Tout le monde a promis de collaborer. Les Occidentaux qui ont été si prompts pour dénoncer les coupables, avec forces détails, alors même que les enquêtes n’étaient pas encore commencées, seront désormais très attendus pour produire leurs preuves. Mais, quand on se rappelle comment les Etats Unis étaient capables de mentir à l’ONU et à la face du monde dans l’objectif de détruire l’Irak et son gouvernement, on est stupéfait de l’absence de scrupule de Obama à vouloir encore dicter sa version.

Cet homme est discrédité également au Moyen Orient. Pour se faire élire et lors de ses premiers propos au monde, il avait déclaré qu’il agirait pour la reconnaissance d’un Etat palestinien. Il était même intervenu devant les étudiants Egyptiens pour affirmer ses positions novatrices. Le moment venu, à l’ONU, la personne qui le représentait a voté contre. Il avait également fait la promesse de fermer Guantanamo, base américaine et lieu de scandale.

Sa réticence à traiter ces problèmes de fond, donne l’impression que c’est un président bavard mais sans prise sur la réalité. Cette attitude renforce Israël dans ses positions belliqueuses. Et, là, point d’Obama-la bonne-consience-, alors qu’on dénombre déjà plus de 600 morts côté Palestinien et une quinzaine du côté Israël ; l’armée rencontre de réelles difficultés face à la résistance. Obama lui ne cesse de brasser du vent mais les morts eux sont bien réels.

J.B.


Kanalreunion.com