Edito

Offensive contre les chômeurs et les salariés

J.B. / 2 août 2017

JPEG - 13.7 ko

Depuis l’arrivée à Paris d’un nouveau pouvoir, les plus riches peuvent sourire car le gouvernement est aux petits soins pour eux. La baisse de l’impôt sur les grandes fortune est une des mesures qui vise à diminuer leur contribution à la solidarité nationale. Or, c’est justement parce qu’il existe des structures financées par l’impôt que ces riches peuvent le rester sans crainte de voir leur fortune menacée par l’instabilité politique ou l’insécurité.

Par contre, l’autre partie de la population est obligée de passer à la caisse soit en voyant ses impôts augmenter (hausse de la CSG), soit en subissant une diminution de ses droits. La baisse des allocations logements et des contrats aidés ne sont qu’un début.

En effet, la commission paritaire de l’Assemblée nationale et du Sénat se sont mis d’accord lundi sur un texte commun autorisant le gouvernement à utiliser les ordonnances pour changer le Code du Travail. Il a été adopté hier par l’Assemblée nationale et sera aujourd’hui à l’ordre du jour du Sénat et connaîtra le même sort.

Le gouvernement aura alors les mains libres pour remodeler le Code du Travail à sa guise : licenciements facilités, affaiblissement des syndicats et protection renforcée pour les auteurs de licenciements abusifs sont les effets attendus. Dans un pays comme La Réunion, où le chômage est trois fois plus important qu’en France, les conséquences seront désastreuses.

J.B.



Un message, un commentaire ?



Messages






  • L’ offensive du pouvoir macro-jupitérien,comme on dirait macro-économie, contre " ceux qui ne sont rien " ne surprendra que les faux naïfs mais elle ne gêne visiblement pas certains qui continuent sans rire de se prétendre "socialistes" et de " gauche" - n’est- ce pas Monsieur Gilbert ANNETTE ! - vous qui ne trouvez rien à redire à la diminution de l’ Allocation Logement , sans compter tous les autres mauvais coups en cours à la faveur de la trêve estivale de l’ hémisphère Nord. Mais, c’est vrai que réclamer un contrat de travail , selon vos amis qui, eux, ont "réussi", constitue une revendication d’ un luxe inouï, à en croire Mr Sylvain Maillard, député LREM. Pour lui, "le contrat de travail, c’est quelque chose d’annexe. L’ essentiel, c’ est que chacun puisse avoir un travail".( cf L’ Humanité du 28 Juillet ). Autrement dit, vu de La Réunion ,avant 1848, personne ici n’ avait à se plaindre : on avait du travail et de surcroît, le " contrat " qui allait avec : celui de l’ ESCLAVAGE !

    Jean-Paul CIRET

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com