Edito

Où est l’opposition à la Région Réunion ?

J.B. / 24 février 2016

La Région Réunion a tenu hier son assemblée plénière sur le thème des orientations budgétaires. Cette séance a confirmé une évolution sensible dans cette assemblée, celle de l’opposition.

Sous la précédente mandature, l’Alliance défendait un projet différent de celui de Didier Robert. L’opposition était en effet porteuse d’une vision alternative au tout-automobile. Elle soutenait la reconstruction du train. L’Alliance défendait également un autre modèle de société, basé sur l’autonomie énergétique et la responsabilité des Réunionnais. Il ne s’agissait pas de chercher à bricoler à la marge quelques aménagements pour grappiller çà et là quelques compétences supplémentaires, mais de remettre à plat les relations de La Réunion avec ses voisins, pour que notre île puisse s’insérer pleinement dans son environnement régional, au même titre que des pays avec lesquels elle partage des liens historiques et culturels forts. L’opposition s’élevait contre toutes les mesures clientélistes que Didier Robert a fait passer pendant son premier mandat de président de Région. Elle avait dans son projet des mesures pour faire baisser le prix des billets d’avion et réduire la fracture numérique, et cela sans abaisser les Réunionnais à être des quémandeurs de bons de réduction.

Les interventions de l’ancienne opposition visaient également à démontrer les conséquences néfastes de la politique de la majorité régionale. L’explosion du nombre d’embauches et les dérives dans les dépenses de fonctionnement rendent en effet impossible le financement de la NRL. C’est le résultat d’une étude impartiale menée sur les finances de la Région. D’où la demande d’une mission d’expertise économique et financière pour que l’État tire les enseignements de cette réalité.

Depuis les dernières élections, le changement est radical. L’opposition s’illustre dans des interventions certes d’un haut niveau lyrique, mais qui se contentent de s’opposer aux mesures annoncées sans donner la perspective d’un projet alternatif. Cela peut émouvoir les télés, mais cela ne fait pas avancer la cause du peuple. Ce résultat n’est guère étonnant car Didier Robert, Huguette Bello et Gilbert Annette sont d’accord sur l’essentiel : ils veulent la nouvelle route du littoral. L’engagement d’Annette dans la réalisation du raccordement de la NRL au Barachois de Saint-Denis montre son soutien absolu au projet de Didier Robert. Et il n’a jamais été démenti par Bello pendant la campagne des régionales, ni après.

C’est pourquoi une des motions du groupe Bello-Annette lue hier en séance ne manque pas de faire sourire. Elle s’élève contre l’importation de roches de Madagascar, contre les dégâts subis par nos voisins et interroge sur ce que vivront les Réunionnais si notre île doit abriter des carrières équivalentes à celle de Madagascar. Pourtant, Bello-Annette ne peuvent pas ignorer que pour construire la nouvelle route du littoral, il faut bien trouver des matériaux quelque part. Que le maître d’ouvrage soit une Région présidée par Didier Robert ou Huguette Bello ne change absolument rien à ce problème.

C’est à se demander où est l’opposition à la Région Réunion. Manifestement, elle n’est plus dans l’assemblée mais à l’extérieur.

J.B.


Kanalreunion.com