Edito

Participez au compte à rebours pour l’abolition de l’extrême pauvreté

J.B. / 28 avril 2014

Témoignages publie un long compte rendu sur les discussions préparatoires à la Conférence de 2015 qui va acter le bilan des OMD depuis 15 ans ainsi que les perspectives pour les 15 prochaines années. On peut d’ores et déjà noter que le débat est très ouvert sur les résultats et ses réussites. Mais quelque soit l’angle de la critique, personne ne peut nier le bilan global. Sous au moins 2 éléments : un engagement mondial et soutenu durant 15 ans ; une coordination réelle de l’ensemble, dépassant les aléas électoraux. Serons-nous prêts pour l’année prochaine ?

C’est le niveau de conscience de chacun et le degré de l’engagement collectif. A La Réunion toutes les analyses concourent vers le même constat : une société socialement hors norme avec la moitié des habitants vivant sous le seuil de pauvreté, 30% de la population active au chômage et 6 jeunes sur 10 de moins de 25 ans, sortis du cycle scolaire, inscrits à Pôle Emploi. Que font les uns et les autres, sinon vouloir être élus ?

Comment ne pas féliciter les initiatives de l’Appel de l’Ermitage en faveur de l’Abolition de l’extrême pauvreté avant fin 2015 ? Un compte à rebours a même été lancé le 31 décembre dernier. Il en est de même de la création du premier Conseil Municipal des Pauvres, le 4 août 2012, jour symbolique de l’abolition des privilèges dans l’histoire de France, mais qui a vu la désignation de Mme Vochré, Maire des Pauvres.

Tout ce travail militant et citoyen a été réalisé avec courage, avec peu de moyens, sous les quolibets et sarcasmes des responsables de l’ancienne municipalité saint-pauloise qui a boycotté la visite de M. François Chérèque, envoyé spécial pauvreté du gouvernement. C’est la preuve aussi qu’on peut faire avancer des causes justes. Bravo, donc à Raïssa Noël et ses ami-es !

Témoignages rapporte que « les débats relatifs aux ODD ont lieu en parallèle à d’autres discussions visant l’élaboration d’un traité mondial juridiquement contraignant pour limiter le changement climatique et qui devrait être adopté fin 2015. Ces projets du secrétaire général des Nations Unies sont lancés à une époque où les efforts multilatéraux ont souvent du mal à prendre racine. » Mais si on s’arrête aux difficultés, on ne fait rien et on laisse les pauvres à l’abandon. Cela n’a que trop duré.

Citée dans l’article, Mme Melamed est lucide quand elle déclare « le succès des pourparlers n’est pas garanti. Il y a trois dimensions : l’analyse des besoins et désirs de la population, des discours moraux de haut vol et des négociations politiques de bas étage. C’est intéressant, mais il est difficile de savoir comment cela va finir. Cela pourrait découler sur un accord anodin et inutile, mais aussi sur quelque chose de bien ». Alors, prenons le côté positif.

Voilà de quoi gonfler le moral des femmes et des hommes à Saint-Paul et dans l’île qui, chaque jour, tournent la page du « compte à rebours » afin de sensibiliser l’opinion sur la nécessité d’abolir l’extrême pauvreté, à défaut d’éradiquer la pauvreté elle-même. Vous aussi participez au compte à rebours.

J.B.


Kanalreunion.com