Edito

Pas d’égalité réelle sans nouvelle politique

J.B. / 28 septembre 2016

Plusieurs commissions de l’Assemblée nationale examinent actuellement le projet de loi sur l’égalité réelle, dans la perspective d’un débat en séance plénière le 4 octobre. Des députés de La Réunion ont déposé différents amendements. Force est de constater que les multiples propositions faites ne changent en rien le fonds du problème. Comme d’habitude, ce ne sont que des corrections à la marge. C’est très inquiétant, car ce projet de loi veut fixer l’avenir de La Réunion pour les 20 prochaines années.

L’égalité réelle selon le gouvernement, c’est la poursuite de la même politique que celle suivie depuis l’abolition du statut colonial à La Réunion. Cela signifie d’aller toujours vers plus d’intégration. Or les Réunionnais paient cher cette politique. En effet, l’application mécanique de textes de loi a conduit à faire de notre île un département socialement hors-norme. Ce bilan est largement partagé, car personne ne nie que le taux de chômage est intolérable et que près de la moitié de la population vit en dessous du seuil de pauvreté.

Il est clair que si la France avait les mêmes indicateurs sociaux que La Réunion, le gouvernement mènerait une autre politique et proposerait autre chose que les mesures prévues dans son projet de loi. Pour sa part, le PCR a fait part de ses propositions depuis longtemps. L’année dernière, il les avait adressées au parlementaire en mission nommé pour piloter la concertation préalable au projet de loi. Le PCR a fait la même démarche à destination du Conseil économique social et environnemental et du Conseil d’État. Enfin, le Parti communiste réunionnais a également mis en ligne sa contribution sur le site de débat public du gouvernement.

Pour le PCR, le bilan des 70 années de politique d’intégration montre qu’une rupture est nécessaire. C’est pourquoi il propose un pouvoir réunionnais matérialisé par la création d’une assemblée capable de faire des lois s’appliquant à La Réunion, et dotées des compétences nécessaires pour discuter avec les pays voisins de l’intégration de notre île dans son environnement régional. Le PCR revendique aussi la création d’un Fonds de développement pour financer les infrastructures dont auront besoin les Réunionnais qui seront un million dans 20 ans.

À cela s’ajoute des préalables tels qu’une continuité territoriale sur les prix, et une remise en cause des inégalités de revenu. C’est donc une nouvelle politique.


Kanalreunion.com