Edito

Pas de panique. Courage.

J.B. / 17 mars 2012

Saint-Paul vit ces jours-ci des scènes surréalistes. Il semble qu’un vent de panique a gagné les édiles de la ville de l’Ouest. Jugez-vous même.

Un grand pique-nique est organisé, avec discours de circonstance, en faveur du Pôle hospitalier de l’Ouest. Des initiatives sont prises pour recevoir 1.200 personnes. Au moment de la prise de parole, 120 personnes sont à l’écoute. Des médias complaisants sont obligés d’annoncer 400, question de trafiquer des chiffres et farder la réalité. Tout le monde a bien vu que c’était un fiasco…

À l’occasion du 8 mars, connu comme une journée de combat en faveur de la Femme, la Mairie a organisé de nombreuses manifestations du 8 au 10 mars, soit 3 jours. On n’a pas lésiné sur les moyens publicitaires pour faire connaître l’événement et présenter des groupes culturels. Aucun média n’en a parlé et on attend toujours les images de Télé Réunion. Pourtant, il nous était annoncé des prises de parole, des groupes culturels, défilés, etc. Quel bilan ?

Que s’est-il donc passé ? Dans ces 2 échecs, il s’agit d’activités municipales. On ne peut plus jouer à la victime. La première était destinée à lancer sa campagne électorale. La deuxième devait soutenir sa rupture avec le PCR. Les discours étaient prêts, mais n’ont pas été utilisés. Il est vraiment dommage que les médias n’aient pas eu l’objectivité nécessaire et se sont réfugié dans le silence des évènements.

Alors quand il fut annoncé la reprise en main de la section communiste de Saint Paul, ce fut la panique. Convocation des élus pour une explication de texte totalement fantaisiste — c’est l’habitude de la victimisation ; convocation d’employés de commune. L’objectif poursuivi est de dissuader les intéressés à rejoindre le camp des refondateurs qui se sont donné rendez-vous, aujourd’hui, à 14 heures, à la salle Leconte de Lisle, à Grande Fontaine.

Pas de panique, le peuple saura reconnaître les siens.

J.B.


Kanalreunion.com