Edito

Personne n’échappera à ses responsabilités quand les frustrés envahiront les mairies

J.B. / 15 avril 2014

En février dernier, la mairie annexe de la Rivière des Galets est partie en fumée durant les manifestations de jeunes qui réclamaient du travail. La Sous Préfète de la circonscription était venue en personne apporter sa solidarité envers les autorités de la ville et la population sinistrée. La Députée du coin, d’habitude si prompte à courir derrière les évènements sociaux médiatiques, n’a eu aucun geste républicain.

Il s’est trouvé une personne pour aller à la rencontre des manifestants et ouvrir le dialogue avec eux. C’était Loulou Hyppolite, à la tête d’une délégation. Il y en avait d’autres qui, au contraire, se félicitaient de la situation : de minables politiciens, démagogues, dont certains se trouvent, aujourd’hui, élus à la mairie, en remplacement de Loulou et ses amis. Et, lors du transfert des pouvoirs, la presse a souligné le fair-play et la sérénité que témoignaient les sortants. Cela n’avait rien à voir avec l’esprit perturbé du nouveau maire qui se promenait avec un gilet pare-balle quelques jours avant.

D’un côté, on a des élus qui ont confiance dans le peuple jusqu’à lui manifester sa solidarité dans le pire moment de tension. Jamais les Portois n’avaient manqué de respect. Maintenant, celui qui applaudissait en misouk en février dernier jette la suspicion sur son peuple, capable, selon lui, d’attenter à sa vie. Mieux, il accrédite la thèse selon laquelle le Port est une ville far west. Or, jusqu’à maintenant, élus et population s’indignaient à l’unisson lorsque leur ville était montré du doigt.

Le nouveau maire a mis fin à cette période d’entente cordiale. Il reste à attendre les premières réactions lorsque les frustrés envahiront la mairie pour faire respecter des promesses non-tenues.
Personne n’échappera à ses responsabilités.

 J.B. 



Un message, un commentaire ?



Messages






  • IL ne faut pas confondre lutte et violence, la violence, les violences ne résolvent rien.
    Choisissons le chemin de la lutte mais dans le respect des personnes et des biens, utilisons toutes les voies que nous offrent la démocratie même si elle est imparfaite !
    Cessons les violences, les rancunes , les rancoeurs pour emprunter le chemin de la révolution tranquille, j’y cris fermement à notre capacité de réconciliation surtout pour défendre les plus faibles , les plus fragiles de notre pays et d’éviter les chemins de travers.

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com