Edito

Place aux débats populaires à Saint-Paul !

J.B. / 22 mars 2012

Pendant des semaines entières, l’opinion était abreuvée d’une contre-vérité : il n’y avait qu’une seule circonscription à Saint-Paul. C’est la 2 ! Cette assertion a servi de support pour dénoncer le PCR et ses dirigeants de proposer la 7ème à l’élue sortante. Crime de lèse-majesté ! Mais nous avions dit ici même que tôt ou tard viendrait l’heure de la clarification. A ce moment-là, la vérité éclatera.

Le peuple tranchera comme à Sainte-Suzanne.

Quand le PCR a demandé d’appliquer le principe du « respect de la parole donnée », l’opinion était entretenue par des contre-vérités. Il suffit de reprendre les informations de l’époque pour s’en rendre compte. C’était au mois de janvier : il y a à peine 2 mois ! Quels furent les résultats ? Le peuple a tranché en faveur de la vérité et du PCR ! On connaît la suite : le fanfaron se fait cornaquer par le maire de Saint-Leu par une opération frauduleuse. On le retrouve dans une assemblée de femmes, dans le rôle de l’homme fatal au service de sa bienheureuse qui l’a poussée à décapiter le PCR.

Le peuple a sauvé le PCR du complot !

Cette fois, pour les Législatives, le gouvernement a coupé la commune de Saint-Paul en 2 pour constituer 2 nouvelles circonscriptions. Ainsi, pour la première fois, les électrices et électeurs sortants se partagent les 2 espaces géographiques nouvellement créés. Ils ne voteront pas avec le même bulletin. Cette réalité s’est imprimée au fur et à mesure du grand débat public lancé par les adversaires du PCR. Et cela s’est retourné contre eux comme un boomerang.

Lundi soir, ils ont été obligés d’annoncer la candidature d’Emmanuel Séraphin dans l’autre partie de la Commune ! Quel aveu : ainsi, Saint-Paul est bien dans 2 circonscriptions sortantes ! Les masques des menteurs sont tombés. C’est une première victoire avant même d’engager la campagne.

Une fois de plus, c’est le peuple qui nous sauve.

En effet, devant la pression populaire, ils ont été contraints de donner un nom. Et quel nom ? Celui que les militants du Guillaume, Bellemène, Bois-Rouge, Fleurimont et Plateau-Cailloux ne voulaient même pas pour être candidat aux élections cantonales. Devant la fronde de la base, Pascaline Chéreau-Némazine a été acceptée. Mais la vérité doit être connue : Pascaline Chéreau-Némazine n’a pas été retenue en premier par la défenseuse des Femmes. Elle s’est avérée par la suite une bonne candidate.

Cette fois, selon la même procédure (très) spéciale de désignation de candidature dans une commune de 100.000 habitants, Emmanuel Séraphin a été sélectionné et est proposé aux électeurs de Saint-Paul, Trois-Bassins, Saint-Leu, Avirons, Étang-Salé et Saint-Louis (ville) ! Depuis cette annonce, c’est la rigolade dans tous les coins de rue de Saint-Paul. Voulait-on ridiculiser le personnage qu’on ne se serait pas pris autrement !

Un nouveau débat populaire s’annonce passionnant.

J.B.


Kanalreunion.com