Edito

Pourquoi Bello a déjà perdu, 3e partie

Témoignages.re / 10 septembre 2015

La candidature de Bello agit en trompe l’œil. Son meeting du Port rappelle celui qu’elle avait tenu lors de la création du PLR. En façade, c’était clinquant. Tout s’est effondré en peu de temps. Depuis lundi, nous avons entrepris en 5 leçons de tempérer l’euphorie ambiante. La première concerne l’absence d’investiture de Paris. La deuxième c’est le rapprochement PCR-Progrès. La troisième mesure l’extrême frustration des socialistes vis-à-vis des exactions de Bello.

En effet, les socialistes ne comprennent pas pourquoi avec les villes de Saint Denis, de Saint Benoît, de Saint Joseph et de Sainte Rose, ils doivent laisser la place à Bello, une personne qui a perdu les Municipales et les Départementales. Pas seulement. Le PS dispose de 6 parlementaires dont 2 femmes mais ne serait pas capable d’avoir une tête de liste. Pourquoi cette entrave a l’accession d’un socialiste au Conseil Régional ? Bizarre.

Soit Annette ne veut pas qu’un socialiste accède à la direction du Conseil régional. Il veut conserver Didier Robert pour financer son entrée de ville. Soit Bello terrorise les dirigeants de la fédération du PS, et elle obtient ce qu’elle veut de Le Constant et Annette. Pensez-vous que nous exagérons ?

Tenez, l’an dernier, aux élections Départementales, Bello a interdit au PS d’avoir des candidats dans les cantons du Port, de la Possession, de Saint-Paul et Saint-Leu. Au total, dans 6 cantons (Saint-Paul en a 3), les personnes déjà désignées par leur section ont été interdites de se présenter. La frustration était à son comble. 4 secrétaires ont protesté publiquement.

Bello, aurait-elle pu agir avec intelligence ? Évidemment. Puisque chaque canton devait élire un binôme, elle avait la possibilité de désigner partout des candidatures PS-PLR. Et, augmenter les chances de gagner. Zéro pointé. Derrière la façade rutilante, se cache une femme rigide. Aujourd’hui, d’autres socialistes s’élèvent contre le suicide de la direction du PS. Comme aux Municipales et Départementales, elle était partie favorite dans les sondages, elle a fini derrière. Depuis dimanche, elle est déjà sur la défensive. Elle ne sera pas sauvée.

L’union du Progrès et du PCR arrive au bon moment. Une union fondée sur la simplicité, le respect et le partage au regard du poids des responsabilités à la Région.


Kanalreunion.com